Oui la France est colonisée : il faut avoir le droit de le dire !

Tour Eiffel américaineComme les Alain Finkelkraut et les Richard Millet, comme des millions d’autres Français, anonymes et silencieux mais qui n’en pensent pas moins tout bas, je ne reconnais plus mon pays, attaqué à sa racine : dans ses valeurs, dans ses terroirs, dans sa culture, dans ses modes de vivre… En fait, de manière troublante — et je m’étonne qu’aucun commentateur officiel n’ait encore relevé ce phénomène frappant — nous vivons une aliénation (post-)coloniale semblable à celle que connaissent, partout dans le monde, les sociétés qui ont été envahies et dominées par un autre peuple. Phénomène qui s’exprime dans les traits suivants : transfusion de valeurs morales et sociétales extérieures, mépris de sa propre culture et de sa propre langue, perte d’identité, mode de vie mimétique, oubli de sa propre histoire et fascination pour celle du colonisateur, alignement politique, renoncement à sa religion historique au profit de cultes importés, colonisation des imaginaires qui se calquent stérilement sur celui du dominant, mépris de soi enfin et, dans les arts, psittacisme soumis aux goûts et aux attentes du dominant.
Il y faudrait toute une étude, ce n’est pas mon boulot, mais puisse ce petit article contribuer à un mouvement assez fort pour enfin, donner l’alerte ! Je me contenterai de quelques exemples. En ce qui concerne la langue, ils sont  superflus : le Français « moyen », celui qu’on entend dans la rue et dans les media, est un gloubi-boulga angloïde mêlé de « top » et « pas top », de « hard core », de « cool », de « bad », de « trader » et autres « golden boy », « fashionistas », « people » etc. etc. Ça ne date pas d’hier. Sur les réseaux sociaux s’est développé un snobisme d’écrire à moitié anglais, chez des gens qui ne parlent cette langue ni d’Eve ni d’Adam : j’ai même relevé, venant d’internautes français, des citations de Nietzsche et Kafka… en Anglais ! Mais plus récent, plus alarmant, plus définitif, me paraît être la propension des littérateurs à écrire des « romans américains en Français » : Naissance d’un Pont, On ne boit pas les rats-kangourous, La grâce des brigands, Faites vos valises les enfants demain on va en Amérique, Itinéraire d’un poète apache, Faillir être flingué… tous sont des romans français récents et situés aux États-Unis pour leur action et leurs personnages, peut-être leur style (ces exemples, tirés de deux émissions littéraires consacrées, l’une à « Ailleurs« , l’autre aux « Genres« , sur France Culture, les deux titres semblant être des synonymes pour « États-Unis ») : un imaginaire colonisé, prostitué et vendu à l’encan à la puissance dominante. Et comme Philippe Bordas le remarque dans un entretien, même quand les romans ne sont pas explicitement décalqués de la littérature américaine, ils sont écrits en ANGLAIS TRADUIT:

« Ils [les éditeurs français] proposent des livres ambitieux, construits, mais qui tous affirment leur défiance sexuelle envers l’idiolecte français. À tel point que les auteurs élus écrivent directement dans un  français traduit de l’anglais. Ils ont honte de leur langue natale, peut-être, honteux de sa sexuelle vivacité ; ils ont à ce point intégré l’effondrement de la France qu’ils entérinent et intègrent in nuce la domination de l’anglais. Ils montrent écriture et patte blanches, esclaves dans l’œuf, et affirment leur soumission, ventriloques fœtus, pour complaire aux éditeurs avides d’une translangue facile à diffuser. »

En musique, la forme dominante dans la (plus ou moins grande) jeunesse, c’est le « rap » (eh oui). Il reste une « pop » (eh oui) française, mais dont beaucoup de groupes chantent en Anglais. La poésie est remplacée par le « slam » (eh oui) proféré par des gosiers ignorants de la prosodie naturelle au Français, et ayant arrêté leurs lectures poétiques au niveau du bac de Français. Au cinéma, plus de la moitié des films vus en France sont américains.
Si l’on ajoute à cela le ralliement de la France au commandement intégré de l’Otan, l’adoption de théories économiques « de l’offre » importées d’amérique (« supply economy », mais il faut dire que Keynes non plus n’est pas né en Beauce), l’obsession du libre marché, la part des fonds de pension américains dans le cac40, l’usage quotidien de technologies américaines, la loi sur L’ENSEIGNEMENT EN ANGLAIS À L’UNIVERSITÉ FRANÇAISE, l’alignement, vis à vis de l’Iran ou d’Israël ou des monarchies pétrolifères, aux positions des « faucons » états-uniens (« faucons » : expression directement traduite de l’Anglais), ou encore le développement, en nombre et en puissance, des évangélistes, des adventistes, et des sectes américaines, sur notre sol, l’emprise croissante du puritanisme moral et sexuel, alors on peut s’étonner et s’alarmer de cet effarant, convulsif renoncement d’un peuple, d’une nation, d’une histoire, à soi-même. Et regretter que les paranoïaques de la « menace orientale » (sioniste pour les uns, musulmane pour les autres, immigrée pour d’autres encore, mais en tout cas toujours basanée), ou encore ceux qui s’inquiètent des dangers que feraient peser les langues régionales sur la République, regretter donc qu’ils détournent l’attention de la vraie colonisation politique, sociale, économique, linguistique, religieuse, morale, mentale et culturelle, en train d’être parachevée.

Pour voir tous les articles de la catégorie Accablements, cliquez sur le nom de la catégorie ci-dessous ou ici.
Retour à la page d’accueil : cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Accablements

9 réponses à “Oui la France est colonisée : il faut avoir le droit de le dire !

  1. Pat

    Oui…. Si juste hélas, mais aussi si loin du compte !! J’ai franchement l’impression que beaucoup de Français ont comme « honte d’être Français » ici en France, ou tout au moins ne l’assument pas du tout !! Et cette honte semble provenir du regard de « l’autre »… français ou immigré ou parfaitement étranger. Avoir honte de son état, de ses racines de la sorte, doit faire se retourner dans leurs tombes nombre de personnes connues ou pas qui se sont battues jusqu’à la mort pour justement, que nos générations « restent françaises et en soient fières »……
    Oui, un vrai débat sur le sujet est nécessaire !!!!

  2. Nicolas

    je ne vois pas trop le lien que vous faites entre la Farnce (territoire) et la culture dont vous parlez. Pour reprendre ce que vous dites, historiquement, notre langue, notre religion ne sont pas français, il me semble. Pourriez-vous s’il vous plait détailler un peu plus ce que vous dites par « mépris de sa propre culture et de sa propre langue, perte d’identité, mode de vie mimétique, oubli de sa propre histoire et fascination pour celle du colonisateur, alignement politique, renoncement à sa religion historique au profit de cultes importés »…. ?

    • Ah Nicolas quelle Farnce vous me faites ! Les mots s’éclairent, et même prennent sens, de leur contexte : la première partie de mon articule, au cas où ce ne serait pas clair, est un subtil (!) style indirect libre, par lequel je les pastiche, les chantres du terroir… Que voulez-vous dire, vous, en disant que notre langue et notre religion (la spiritualité athée, en ce qui me concerne), ne sont pas français ? En tout cas pour ce qui suit : « mépris de sa propre culture » : invasion de la culture populaire américaine ; « mépris de sa propre langue » : franglais généralisée ; « mode de vie mimétique » : américanisation du mode de vie ; « oubli de sa propre histoire » : oubli de sa propre histoire ; « fascination pour celle du colonisateur » : livres et films français reprenant des épisodes de l’histoire US ; « alignement politique » : la France nouveau caniche utile des américains, TAFTA ; « cultes importés » : évangélistes, adventistes, et autres mabouls scientologues…

      • Nicolas

        VOus avez peur de cette accélération des échanges. > Les française ont-ils tous le sentiment d’être envahis par la culture pop américaine? La culture pop française, en particulier, envahit-elle la culture française?…. 🙂

        Sorry, pour la faute de frappe, en fait ce que je vouais dire, c’est, d’une part: le spiritualisme athée est universel (et donc impossible de le rattacher à la France, je ne vois pas le lien exact que vous faites) ; d’autre part, la langue française est d’origine latine, comme d’autres langues, et par ailleurs elle se mondialise depuis des siècles que l’on voyage. Donc elle importe des mots anglo-saxons, et exporte aussi ses sonorités, aux anglos saxons.

        Import, export…. les échanges internationaux ont toujours existé, c’est vieux comme Erode… et, à titre individuel, on profite tous de l’accélération des échanges (publier sur un blog par exemple ;))

        Mon idée, c’est de dire que la culture française est née d’un mix. C’est son originalité. D’ailleurs, sous d’autres affirmations de culture françaises, on le voit facilement: cuisine (influences, italiennes, américaines, asiatiques, africaines, en veux-tu en voilà… comme le plat national vietnamien est directement inspiré du pot au feu, on est pas les seuls à se faire envahir…), architecture japonaise, musique (impossible de faire la liste, ce serait trop long)… Même au niveau religieux, certains disent que Jésus a été inspiré par Buddha lors de ses voyages. Ca n’en finit plus !

  3. nicolas

    Bon, mon message de cet aprem n est pas passe… dommage j aurais aime comprendre…

  4. Soit, je ne discuterai pas plus dans cette direction, car l’argument principal de mon article était celui-ci : assez de cette obsession identitaire raciale et obsidionale dirigée contre l’immigration africaine (ou les « sionistes »…), la vraie et vaste influence qui affecte profondément la France, c’est la mondialisation anglo-saxonne !

    • Emmanuel

      Nicolas est un naïf, il ressert le discours globaliste formaté à usage des masses. Le propre du colonisé, à toutes les époques, c’est qu’il ne sait pas qu’il l’est.

  5. nicolas

    Merci pour vos reponses, a bientot peut etre…

  6. az

    la France est morte …
    Dommage d’avoir comme discours dans le futur et de dire  » avant j’avais un pays »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s