Archives de Tag: conte

Le rêve des remparts

On ne saura pas« L’affinité de son oeil clivé, avec la lune m’a tout de suite mis sur mes gardes. » Je le disais à ma femme. Peut-être hier au soir ai-je été près d’une mort tragique et vaine. « Charmeur, le personnage sait l’être, et la pyrotechnie de l’intelligence fait oublier le fonds noir qu’on aperçoit… « Ah mon cher… » Le dialogue s’instaure au sommet partagé de deux âmes d’élite… Déploration des temps présent ! Comment lui refuser l’assentiment ? Les marches, la lente montée un peu angoissante, et lui, sa voix qui descend un peu rauque, un peu haletante, de se couler ainsi sur les murs de salpêtre… Juste le temps d’une contemplation partagée, d’une extase divine — du haut des remparts… Le vertige quadruple l’espace… On s’en veut de céder à une paranoïa qui va croissant, il est vrai que le spectacle est à couper le souffle… Et large le rempart, comme du haut du donjon de Frédérique, où souvent le vide m’a happé, appelé le coeur… Lui, il ne sait plus trop ce qu’il dit, c’est étrange, c’est étrange, c’est bien étrange, je mets un genou en terre, je prétexte le vertige, je m’étale sur le large rempart d’une manière qu’on ne pourra me détacher… Quelle déception dans le croissant de son oeil ! Ô lâche… Il n’hésite plus sur ses mots, le fil de sa sentence s’est refait raide et droit, sa voix tombe comme une guillotine que la politesse ne fait que tremper outre de cinglement. Moi je remets son mépris à plus tard, il serait trop bête de mourir ici-bas, précipité par cet inconnu démoniaque… Il s’en faudrait d’une seconde, mais non, d’un bond, quel bond, vers l’escalier ! »
Pourquoi ne puis-je jamais rester à la maison ? me dit ma femme, pourquoi faut-il que toujours  je veuille les villes d’or là haut voir ? Je n’aime jamais les récits de rêve, en littérature.

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Lien vers la page d’accueil : cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes

In fair no

Alexandre Suzana Their truth my damnation

Une forêt ossifiée par le froid ; sur les crêtes noires, des phalanges squelettiques pointent et grattent un ciel sans profondeur. Un occulte signal déclenche l’égaillement, excentrique et rapide, de très vieux hommes voûtés, chenus, en laisse tirés par des chiens variés en tailles et couleurs ;
ça n’a duré qu’un instant, il n’y a plus personne.

Des collines s’arrondissent sous les pas, vous dissimulant d’où vous venez et où vous allez. Des projecteurs vous perforent le regard, aucun insecte pour s’ébattre dans leur lumière raréfiée. Il faut traverser une eau noire et puante, qui siffle sur des piques de glace.

Enfin au point le plus profond
Vide le lieu, supposé foyer de la connivence
Vieux hommes quel  secret triste  obscurcissent vos yeux ?

(Tu portes en toi ta mort)

Pour accéder à toutes les Jaculations nocturne et diurnes, cliquer sur la catégorie ci-dessous, ou ici.

Pour revenir à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes

Conte de la cigale et du monde

Que peut l’eau, que peut le feu, que peut la pierre que peut l’air ? Rien ils ne peuvent rien. Que peut la cigale, que ne peuvent l’eau, le feu, l’air ni la pierre ? La cigale pointille l’image puncturée de crissements, entrouvre la courtepointe au déroulé du vol : l’image plisse, se chiffonne, par l’embouchure ainsi créee se syphonne : derrière le monde il y a le monde (dérive langoureuse au fil de l’air, auprès des tombes) et d’autres cigales, et derrière le monde : le monde : et derrière le monde : le monde : et ainsi de suite…

Autres jaculations nocturnes et diurnes

Pour revenir à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Jaculations nocturnes et diurnes

Court conte du Temps

   Sommeil agressé par des éclats de voix, portés par l’air moite de la rue. Le soir ne vient pas soulager l’étouffoir du jour, et la nuit se résout en tronçons mortuaires, assiégés par l’angoisse. Réveil, dans la gueule de bois qui suit les Visions. Il a plu. Comme dans les îles de corail cernées du rideau de perles éternel d’une vague immobile, un rouleau de nuages boucle l’horizon, retenant le temps sur la crête de ses nimbes. Menace imminente et différée, déferlement suspendu indéfiniment : de tout le jour le Temps ne s’écoulera plus.
Journée éternelle, écartelée de grandes barres de lumière blanchâtre, entre lesquelles le prisonnier écrase sa tête, pour têter un peu d’air brûlant… Des presciences, des bruissements, mais rien ne se passe. Œil rivé à l’expectative pure et vide du lointain, insupportable, inaltérable.

Tâte mon sexe, le suscite, pour qu’il redonne naissance au Temps… Entre mes jambes, enfin, le lait blanc de la vie s’écoule, charriant des vaisseaux aux carènes de bois rondes comme les espoirs qu’elles emportent, à l’assaut des Indes mystiques — charriant des voiles, charriant des peuples, liquéfiés, portant haut l’aigrette de leur orgueil sur leurs képis de giclures — charriant les Babylones, charriant les acropoles, charriant les forums agités par les orateurs de la chose publique, qui festonnent l’écume de leurs épanaphores, au ronflement des clochards dormant sous les portiques — charriant les savants hommes, érudits, gentes femmes, emportés tout distraits sur l’esquif de leur grimoire, charriant les dictateurs, charriant les filles folles que suivent des peuples en rut affolés — charriant les strates précipitées des hécatombes latentes, procréations, spasmes, générations, mort-nées, abîmes incompris, de néant tu retourneras au néant…

…entre mes cuisses nues…

Autres jaculations nocturnes et diurnes : cliquer ici

Pour retourner à la page d’accueil, cliquez sur le nom du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Jaculations nocturnes et diurnes