Archives de Tag: poème

Hysteria : un poème de TS Eliot

Capture d’écran 2015-07-09 à 00.38.05« Alors qu’elle riait, j’étais conscient de devenir impliqué à son rire et de faire part de celui-ci — jusqu’à ce que ses dents ne fussent plus que des étoiles hasardeuses douées pour les manoeuvres d’escouade. J’étais aspiré par les courtes inspirations qu’elle prenait à chaque rétablissement momentané, et perdu pour finir dans les noires cavernes de sa gorge, meutri par les vagues de contractions de muscles invisibles… Un vieux serveur aux mains tremblantes étalait avec précipitation une nappe à carreaux blancs et roses sur la table verte en fer rouillé, disant : « si Madame et Monsieur souhaitent prendre leur thé dans le jardin, si Madame et Monsieur souhaitent prendre leur thé dans le jardin… » Je décidai que si les tremblements de sa poitrine pouvaient s’arrêter, certains des fragments de l’après-midi pourraient être collectés, et je concentrai mon attention sur cette fin avec une subtilité attentive. »
Qui est l’hystérique ? Le voyage dans la bouche/le ventre d’un géant/monstre est un vieux thème —un topos, comme on disait en rhétorique—, susceptible de se ramifier en multiples convolutions, énigmes et interprétations (la langue, le corps, l’intérieur de l’intérieur, microcosme et macrocosme…)
Je fais suivre le texte original de l’étrange poème (traduit par moi ci-dessus) de TS Eliot, de deux célèbres précurseurs.
As she laughed I was aware of becoming involved in her laughter and being part of it, until her teeth were only accidental stars with a talent for squad-drill. I was drawn in by short gasps, inhaled at each momentary recovery, lost finally in the dark caverns of her throat, bruised by the ripple of unseen muscles. An elderly waiter with trembling hands was hurriedly spreading a pink and white checked cloth over the rusty green iron table, saying: “If the lady and gentleman wish to take their tea in the garden, if the lady and gentleman wish to take their tea in the garden …” I decided that if the shaking of her breasts could be stopped, some of the fragments of the afternoon might be collected, and I concentrated my attention with careful subtlety to this end.

Pantagruel, Chapitre XXXII:

Adonc tous se mirent en ordre, comme deliberez de donner l’assault.
Mais on chemin, passant une grande campaigne, furent saisiz d’une grosse housée de pluye. A quoy commencerent à se tresmousser et se serrer l’un l’aultre. Ce que voyant, Pantagruel leur fist dire par les capitaines que ce n’estoit rien, et qu’il véoit bien au dessus des nuées que ce ne seroit qu’une petite rousée ; mais, à toutes fins, qu’ilz se missent en ordre, et qu’il les vouloit couvrir. Lors se mirent en bon ordre et bien serrez. Et Pantagruel tira sa langue seulement à demy, et les en couvrit comme une geline faictz ses poulletz.
Ce pendent, je, qui vous fais ces tant veritables contes, m’estoit caché dessoubz une fueille de bardane, qui n’estoit moins large que l’arche du pont de Monstrible ; mais, quand je les veiz ainsi bien couvers, je m’en allay à eulx rendre à l’abrit, ce que je ne peuz, tant ilz estoient, comme l’on dict :  » Au bout de l’aulne fault le drap.  » Doncques, le mieulx que je peuz, montay par dessus, et cheminay bien deux lieues sus sa langue, tant que entray dedans sa bouche. Mais, ô Dieux et Deesses, que veiz je là ? Juppiter me confonde de sa fouldre trisulque si j’en mens. Je y cheminoys comme l’on faict en Sophie à Constantinoble, et y veiz de grands rochiers, comme les mons des Dannoys, je croy que c’estoient ses dentz, et de grands prez, de grandes forestz, de fortes et grosses villes, non moins grandes que Lyon ou Poictiers.
Le premier que y trouvay, ce fut un bon homme qui plantoit des choulx. Dont tout esbahy luy demanday :  » Mon amy, que fais tu icy ? ­ Je plante, (dist il), des choulx. ­ Et à quoy ny comment, dis je ? ­ Ha, monsieur, (dist il), chascun ne peut avoir les couillons aussi pesant q’un mortier, et ne pouvons estre tous riches. Je gaigne ainsi ma vie, et les porte vendre au marché, en la cité qui est icy derriere. ­ Jesus ! dis je, il y a icy un nouveau monde ? ­ Certes, (dist il), il n’est mie nouveau ; mais l’on dist bien que, hors d’icy, y a une terre neufve où ilz ont et soleil et lune et tout plein de belles besoignes ; mais cestuy cy est plus ancien. ­ Voire mais, (dis je), mon amy, comment a nom ceste ville où tu portes vendre tes choulx ?
– Elle a, (dist il), nom Aspharage, et sont christians, gens de bien, et vous feront grande chere.  »
Bref, je deliberay d’y aller.
Or, en mon chemin, je trouvay un compaignon qui tendoit aux pigeons, auquel je demanday :
 » Mon amy, d’ont vous viennent ces pigeons icy ?
– Cyre, (dist il), ils viennent de l’aultre monde.  »
Lors je pensay que, quand Pantagruel basloit, les pigeons à pleines voléee entroyent dedans sa gorge, pensans que feust un colombier.
Puis entray en la ville, laquelle je trouvay belle, bien forte et en bel air ; mais à l’entrée les portiers me demanderent mon bulletin, de quoy je fuz fort esbahy, et leur demanday :
 » Messieurs, y a il ici dangier de peste ?
– O, Seigneur, (dirent ilz), l’on se meurt icy auprès tant que le charriot court par les rues.
– Vray Dieu, (dis je), et où ?  »
A quoy me dirent que c’estoit en Laryngues et Pharingues, qui sont deux grosses villes telles que Rouen et Nantes, riches et bien marchandes, et la cause de la peste a esté pour une puante et infecte exhalation qui est sortie des abysmes despuis n’a gueres, dont ilz sont mors plus de vingt et deux cens soixante mille et seize personnes despuis huict jours.
Lors je pensé et calculé, et trouvé que c’estoit une puante halaine qui estoit venue de l’estomach de Pantagruel alors qu’il mangea tant d’aillade, comme nous avons dict dessus.
De là partant, passay entre les rochiers, qui estoient ses dentz, et feis tant que je montay sus une, et là trouvay les plus beaulx lieux du monde, beaulx grands jeux de paulme, belles galeries, belles praries, force vignes et une infinité de cassines à la mode Italicque, par les champs pleins de delices, et là demouray bien quatre moys et ne feis oncques telle chere pour lors.
Puis descendis par les dentz du derriere pour venir aux baulievres ; mais en passant je fuz destroussé des brigans par une grande forest, que est vers la partie des aureille.
Puis trouvay une petite bourgade à la devallée, j’ay oublié son nom, où je feiz encore meilleure chere que jamais, et gaignay quelque peu d’argent pour vivre. Sçavez-vous comment ? A dormir ; car l’on loue les gens à journée pour dormir, et gaignent cinq et six solz par jour ; mais ceulx qui ronflent bien fort gaignent bien sept solx et demy. Et contois aux senateurs comment on m’avoit destroussé par la valée, lesquelz me dirent que pour tout vray les gens de delà estoient mal vivans et brigans de nature, à quoy je congneu que, ainsi comme nous avons les contrées de deçà et delà les montz, aussi ont ilz deçà et delà les dentz ; mais il fait beaucoup meilleur deçà, et y a meilleur air.
Là commençay penser qu’il est bien vray ce que l’on dit que la moytié du monde ne sçait comment l’autre vit, veu que nul avoit encores escrit de ce pais là, auquel sont plus de xxv royaulmes habitez, sans les desers et un gros bras de mer, mais j’en ay composé un grand livre intitulé l’Histoire des Gorgias, car ainsi les ay-je nommez parce qu’ilz demourent en la gorge de mon maistre Pantagruel.
Finablement vouluz retourner, et, passant par sa barbe, me gettay sus ses epaulles, et de là me devallé en terre et tumbé devant luy.
Quand il me apperceut, il me demanda :
 » D’ont viens tu, Alcofrybas ?  »
Je luy responds :
 » De vostre gorge, Monsieur.
– Et despuis quand y es tu, dist il ?
– Despuis, (dis je), que vous alliez contre les Almyrodes.
– Il y a, (dist il), plus de six moys. Et de quoy vivois tu ? Que beuvoys tu ?  » Je responds : » Seigneur, de mesmes vous, et des plus frians morceaulx qui passoient par vostre gorge j’en prenois le barraige.
– Voire mais, (dist il), où chioys tu ?
– En vostre gorge, Monsieur, dis je.
– Ha, ha, tu es gentil compaignon, (dist il). Nous avons, avecques l’ayde de Dieu, conquesté tout le pays des Dipsodes ; je te donne la chatellenie de Salmigondin.
– Grand mercy, (dis je), Monsieur. Vous me faictes du bien plus que n’ay deservy envers vous. « 

Livre de Jonas:
Le Seigneur donna l’ordre à un grand poisson d’engloutir Jonas. Jonas demeura dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits. Depuis les entrailles du poisson, il pria le Seigneur son Dieu. Il disait : Dans ma détresse, je crie vers le Seigneur, et lui me répond ; du ventre des enfers j’appelle : tu écoutes ma voix. Tu m’as jeté au plus profond du cœur des mers, et le flot m’a cerné ; tes ondes et tes vagues ensemble ont passé sur moi. Et je dis : me voici rejeté de devant tes yeux ; pourrai-je revoir encore ton temple saint ? Les eaux m’ont assailli jusqu’à l’âme, l’abîme m’a cerné ; les algues m’enveloppent la tête, à la racine des montagnes. Je descendis aux pays dont les verrous m’enfermaient pour toujours ; mais tu retires ma vie de la fosse, Seigneur mon Dieu. Quand mon âme en moi défaillait, je me souvins du Seigneur ; et ma prière parvint jusqu’à toi dans ton temple saint. Les servants de vaines idoles perdront leur faveur. Mais moi, au son de l’action de grâce, je t’offrirai des sacrifices ; j’accomplirai les vœux que j’ai faits : au Seigneur appartient le salut. Alors le Seigneur parla au poisson, et celui-ci rejeta Jonas sur la terre ferme.

Pour tous les articles de la catégorie Archéologie du Texte, cliquer ici.
Pour retourner à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Archéologie du texte

JOUR DES MORTS, un poème de Paul Celan

Zao Wou Ki

Zao Wou Ki

Qu’est-ce que j’ai
fait ?
Ensemencé la nuit, comme s’il pouvait
y en avoir d’autres, plus nocturnes
que celle-ci.

Vol d’oiseau, vol de pierres, mille
Voies décrites. Des regards,
cueillis et ravis. La mer

goûtée, entièrement bue et rêvée. Une heure,
assombrie d’âmes. La suivante, lumière automnale,
offerte à un sentiment
aveugle, qui allait son chemin. D’autres, beaucoup d’autres,
sans lieu, avec leur propre pesanteur : aperçues, contournées,Des blocs erratiques, des étoiles,
noirs et plein de langage : nommés
d’un serment tu jusqu’à le rompre.

Et une fois (quand ? cela aussi est oublié) :
éprouvé le harpon,
là où le pouls osait la syncope.

Paul Celan, « Jour des morts », in Grille de Parole, Trad. Martine Broda
(…à lire au creux de la corolle de la nuit…)

Tous les « Enthousiasmes » : cliquer ici
Tous les articles de la catégorie « Dieux Lares » : cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

4 Commentaires

Classé dans Dieux Lares, Enthousiasmes

Train bridge, Bathurst@Front Street

Étienne Cendrier, ciel nocturne, pastel

1ère version:

Train immobile, église énigmatique, suspendue au rideau noirâtre, confus d’étoiles, de la nuit

Obus opaques des wagons, QUI ?  les passagers de la nuit ? La cloche bat le rythme lancinant des coeurs oppressés,

Que l’on devine

La cloche pulse l’âpreté du vent rapide au long des flancs sans prises

Du train immobile

ET MOI je suis l’oeil rougi qui s’ouvre sur le pont

L’OEIL tout-monde, l’oeil personne,

Qui découvre le train, couve le train, déjoue les sortilèges du bien et du mal, éparpillés en copeaux de lumière sur le mystère hiéroglyphique des rails

Plus loin une trouée ravage le paysage. Les voies ferrées convergent vers le trou noir de l’horizon. Les lasers sifflant dans la brume sont ceux d’un front de gratte-ciels, en marche sur moi dans la nuit,

Comme une église courroucée…

(Y repensant, je doute que ce train eût chargement d’humains, c’était probablement le train lourd de mes pensées, qui passait, ou encore le train emportant — mais vers où ? — les cercueils de plomb  de nos destinées…)

2ème version:

TRAIN immobile dans la nuit, comme une église suspendue, au rideau noirâtre, confus d’ÉTOILES de la nuit,

À la croisée de deux faisceaux  de lumières coupantes, tombés de VERTIGES invisibles

Dans les OBUS noirs de la peur, les coeurs s’emballent-ils, des passagers ÉNIGMATIQUES de la nuit ?

Paupières OPAQUES des wagons ! Une  CLOCHE à toute volée BAT l’immobilité triste des machines, BAT le bourdon des coeurs sans nom, BAT les âpres bourrasques du vent, dans sa chevauchée au long des flancs, sans prises,

Sur le train immobile

PAVOR
NOCTURNUS

Et moi je suis l’OEIL rougi qui s’ouvre sur le pont

L’OEIL tout-monde, l’OEIL personne,

Qui DÉCOUVRE le train, COUVE le train, DÉJOUE les sortilèges du bien et du mal, éparpillés en copeaux de lumière sur le mystère hiéroglyphique des rails

PLUS LOIN une trouée ravage le paysage. Les voies ferrées convergent vers le TROU NOIR de l’horizon. Les lasers sifflant dans la brume sont ceux d’un front de gratte-ciels, en marche sur moi dans la nuit,

Comme une ÉGLISE courroucée…

(Y repensant, je doute que ce train eût chargement d’humains, c’était probablement le train lourd de mes pensées, qui passait, ou encore le train emportant — mais vers où ? — les cercueils de plomb  de nos destinées…)

Autres jaculations nocturnes et diurnes(cliquer)
Pour revenir à la page d’accueil : cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes, Ouvrir les yeux sur les mirages

Bourdonnements

Un poème empreint dans un corps…?

Invasion ! Invasion ! Je suis l’Essaim !

Les norias de ces terres plates tournent trop lentes

Pour les desseins

De ces frelons

Qui les recouvrent

Et les mots furent jouxtes si drus qu’on ne put plus distinguer

Un vol d’oiseaux

Emmi les lettres

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici

Lien vers la page d’accueil : cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes