Paris Parques

« Places, ô place à Paris, théâtre illimité
Madame Lamort, modiste, enlace les rubans sans fin des chemins inquiets de la terre,
invente des noeuds, des ruches, des fleurs des cocardes,
des faux fruits nouveaux
et couleurs invraisemblables, pour chapeaux d’hiver bon marché du destin. »

Rainer Maria Rilke, Septième Élégie de Duino, traduite par Lorand Gaspar et Armel Guerne

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Grains de sable isolés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s