Archives de Tag: plainte

Que hare yo con esta espada, Angelica Liddell en Avignon

Angelica Liddell, Cloître des CarmesLe spectacle s’ouvre par une amusante citation anti-française de Cioran, projetée sur la plage de surtitres, puis l’entrée, majestueuse et lente, d’un homme d’un certain âge au profil césarien, en toge ; toge qu’il ouvre une fois face au public, montrant banalement sa nudité velue: nudité du pouvoir ? le roi est nu? ou au contraire arrogance phallique du détenteur du  pouvoir? réminiscence du Giulio Cesare de Romeo Castellucci ? On se fera l’idée qu’on voudra, ainsi que son propre faisceau de suppositions pour relier ces deux premiers évènements entre eux, puis au troisième. Car surgit alors Mme Liddell elle-même, en tenue de soirée vite relevée pour montrer son vagin et son anus : la nudité est moins gratuite en cette troisième scénette, puisque la metteur-en-scène et performeuse en appelle à un homme qui la prendrait par tous les orifices aux jours où mourront sa mère et son père.  En même temps, s’il s’agissait d’être aguicheuse et de faire en quelque sorte publicité à cet appel, on peut en déduire qu’un membre — c’est le cas de le dire — de bonne volonté du public aurait pu se lever et se présenter sur scène pour combler le vide ainsi proposé (j’avoue avoir hésité, puis m’être timidement rétracté)…… Habituelle hypocrisie de ces fausses provocations de scène auxquelles l’infranchissable quatrième mur empêche toujours de donner suite.
Ensuite il y aura une scène orgiaque, remplaçant une autre scène, ir-reconstituable celle-ci, ayant eu lieu en 1981 à Paris lorsque le Japonais Sagawa dévora une étudiante néerlandaise qu’il avait attirée dans son apartement sous prétexte de lui faire lire un texte de Trakl.  Une palanquée de très jeunes femmes nues tiennent place de la pauvre néerlandaise, occasion d’une séquence de Walpurgis durant lesquelles elles se masturberont avec des poulpes, devant des aquariums où nagent des anguilles moribondes. Deux apories me semblent retirer à cette séquence la puissance qu’elle pourrait avoir: d’abord l’extrême jeunesse des agitées, qui malgré toute leur énergie ne permettent pas de faire oublier qu’elles reproduisent avec zèle ce qu’on leur demande de faire, sans que ces gestes hystériques saccadés et mécaniques ne paraissent vraiment emprunts d’une expérience, d’une vie, voire d’une réflexion ou d’un vertige véritable devant la déchirements de la sexualité… Alors qu’un geste, un déhanchement habillé, d’une actrice plus dessalée et plus avancée dans son art et sa vie, peut être plus chavirant et troublant que tous ces jolis petits corps en folie commandée… Ensuite l’ambiguité de la monstration : n’ayant pas tranché entre montrer et suggérer, Angelika Liddel ne peut rien obtenir, même avec l’aide des poulpes, qui aurait l’impact d’un acte cannibale, ou seulement sexuel, tel qu’on le verrait dans un peep show ou un théâtre porno… Mais d’un autre côté elle s’est privée de la magie de la suggestion… (D’autres pistes existaient peut-être, et la musique gnawa que pendant ce temps on jouait sur le parvis du Palais des Papes, peut suggérer à l’imagination qu’il aurait été possible d’émuler la cérémonie Aïssawa de la « frissa », mascarade des plus effrayantes aux dires des voyageurs qui y assistèrent.)
En fait la vraie provocation, et qui n’aurait pas manqué de provoquer un scandale malgré son innocuité réelle, aurait plutôt été de balancer les poulpes dans la foule… J’étais quant à moi au premier rang et plus inquiet de recevoir un poulpe de belle taille sur mon plastron du dimanche que de voir des minous rasés et spasmodiques…
Je suis resté pour le début de la seconde partie. De retour sur scène Angelica Liddell y performe avec brio une longue tirade que l’on peut supposer d’elle: texte bien écrit, philosophique, avec du punch, et accompagné d’une scansion corporelle vigoureuse : on y entend les échos d’Antonin Artaud sur le Théâtre de la Cruauté, Jean Genet et l’apologie du traître, Nietzche et celle de la destruction regénératrice, La Guerre Sainte de René Daumal, surtout le marquis de Sade et l’apothéose de la passion criminelle contre la loi criminelle… Pour ma part j’ai pensé à la longue imprécation de l’Olimpia de Céline Minard, bien qu’il soit moins probable qu’Angelica Liddell en ait eu connaissance. Très bien. Mais quid novi dans tous ces thèmes, cet appel à la violence, au meurtre, ce nihilisme ? À nouveau une provocation qui tourne court, un appel à décaper la vie par la violence et l’art qui vient avec 50 ans, 60 ans, 100 ans de retard… Comme l’écrivit Nerval, le premier à avoir parlé de l’aurore aux doigts de rose était un génie, le second manquait d’imagination, le troisième était un imbécile… Le public gentiment bourgeois du Cloître des Carmes ne s’y est pas trompé, qui a fortement applaudi cette tirade où il retrouvait les thèmes qu’il enseigne en classe ou que ses enfants y apprennent vaguement, après que le même public était resté perplexe devant les poulpes masturbatoires.
Hélas donc, rien de nouveau sous le soleil. Surtout, moi qui vis à l’étranger depuis plus de 20 ans, je constate une fois de plus que la « vie intellectuelle et artistique grand public » européenne s’est figée dans une série de clichés hérités des anciennes avant garde,  une vulgate anthropologique qui a cours depuis maintenant plusieurs décennies:  décapée des apparences, des bienséances, des mensonges du capitalisme libéral, la vraie vie (économique, sociale, existentielle, sexuelle) ne serait que chaos, horreur, manque, vide, violence et désespoir… Nul bonheur réel, et même nul plaisir : un homme rampe vers un vagin offert, mais il ni parvient qu’épuisé et pour s’endormir sur la cuisse de la femelle complaisante… Tout est pourri, tout est nul, inutile, tout est corrompu et va de mal en pis… Seules issues :  l’intensité de passions extrêmes, ou au contraire l’extinction d’icelles dans le zen…
Amis européens, il faut vous redire qu’autour de vous sur la planète 6 milliards d’êtres humains, lorsqu’ils ne sont pas plongés par leurs circonstances politiques historiques et climatiques dans la souffrance ou les affres de la misère, vivent, jouissent, adorent, pensent, créent, dansent, aiment, admirent, se restaurent, se reposent, normalement, et ne sont obsédés ni par leur mort, ni par le déclin, ni par les maux de la planète, ni par un mal essentiel de vivre… À ce niveau absurde et général de plainte-complainte-complaisante la critique n’est plus qu’une nouvelle idéologie totalitaire, une incarcération psychologique de plus, une paresse.
De la suite du spectacle, je ne peux rien dire : il m’a fallu partir pour raisons familiales. Car, qui, enfin, programme ces spectacles qui durent 4H  à partir de 22H ? Vous aurez intérêt à vous organiser pour la garde des enfants ! Et ne rien avoir de prévu le lendemain matin (pas d’enfants qui vous réveillent à 7H, pour filer le même exemple…) Du coup, à vue de nez un public composé de 10% d’étudiants, 50% de retraités, 40%  de gens vers la fin de leur vie professionnelle… Autour de moi et en plusieurs langues, les conversations tournaient autour de la réorganisation des activités du lendemain et du nombre d’heures de sommeil que l’on pouvait espérer.

Pour voir tous les articles de la catégorie Accablements, cliquez sur le nom de la catégorie ci-dessous ou ici.
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accablements