Note de lecture : Histoire de la France Coloniale, sous la direction de Jacques Thobie, Armand-Colin

Grande lecture/étude de deux fois 1200 pages, que j’ai entreprise dans l’optique de mon prochain roman, mais que je signale car elle est susceptible d’intéresser les lecteurs de Plantation Massa-Lanmaux. Il ne s’agit pas de recopier mes 30 pages de notes, mais de mettre en avant les traits qui m’ont le plus frappé de l’aventure, ou plutôt des aventures, coloniales.

 1) l’absence d’un dessein constant : les gouvernements agissaient et réagissaient au coup par coup, parfois entraînés par les agissements d’individus industrieux, les circonstances, les alea de la politique européenne, les besoins immédiats du pays (telle l’expédition mexicaine de Napoléon III, menée pour remédier à la pénurie d’argent métal en France). Il y a rarement eu un projet impérial en tant que tel.

2) le manque d’intérêt de la masse de la population française : dans leur ensemble, les français de toutes époques et de toutes origines ont été au mieux indifférents  à l’expansion coloniale, et plus souvent hostiles à ce qui semblait être une dépense de forces inutile ; au moment de plus grande extension outre-mer, entre les deux guerres, on peut considérer que le « parti colonial » ne comportait pas plus de 10000 personnes, liées à la gestion ou à la défense des possessions outre-mer.

3) l’absence d’unité institutionnelle et économique : rien à voir entre le Canada, l’Indochine, l’Algérie, les Antilles : des enjeux et des situations différentes. La conclusion des auteurs du livre est d’ailleurs : il n’y a jamais eu « d’Empire » français, et on peut même douter que la France fût vraiment une nation coloniale.

4) les fluctuations de la « rentabilité » de l’Empire : elle n’a été manifeste que durant la période esclavagiste, aux antilles. Au XXème siècle les tarifs douaniers ont retardé la modernisation de l’industrie française, qui a d’ailleurs connu un boom au moment de la décolonisation.

5) la permanence des débats : pour restreint que soit le domaine ultra-marin actuel, on retrouve les mêmes débats sur l’autonomie ou l’indépendance, l’assimilation ou la spécificité, qui avaient déjà cours au XIXème siècle.

6) les explications de la durée de la crise algérienne : guerre de revanche et de prestige pour l’armée française, même De Gaulle a eu besoin de 4 ans pour convaincre les militaires de lâcher prise.

7) l’étroite corrélation entre les expéditions coloniales et la situation politique du pays : après les défaites napoléoniennes, l’afrique et l’asie étaient les seuls terrains d’action possible ; de même après 1870 il s’agissait de préparer dans la plus grande France la reconquête de l’Alsace et la Lorraine.

8.)le caractère inéluctable, presque fatidique, des indépendances dès lors que le processus était engagé : la France n’a jamais autant donné à ses colonies, politiquement et économiquement, qu’après la seconde guerre mondiale, mais aucun sentiment national ne s’est laissé acheter. Comme disait De Gaulle : « tous, ils sont tous partis »…

9) la démythification : il n’y a pas eu 80000 morts à Madagascar en 47 ; presqu’aucun Africain n’a eu à apprendre « nos ancêtres les Gaulois » ; et surtout il n’y a jamais eu de grand enthousiasme colonisateur à l’échelle de la nation

10) une mine d’aventures individuelles et collectives extraordinaires, souvent inutiles, souvent oubliées : je ne citerai que celle de ces colons abandonnés au Brésil, qui parviennent à retourner en Europe sur des radeaux !

À noter que le livre est caduc en ce qui concerne les DOMs TOMs ROMs et POMs (sic) dont l’évolution institutionnelle s’est poursuivie dans les 20 ans qui se sont écoulés depuis la parution.

Pour tous les articles de la catégorie Enthousiasmes, cliquer ici.
Pour tous les articles de la catégorie Plantation Massa-Lanmaux, cliquer ici.
Pour retourner à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Enthousiasmes, La bibliothèque des sables, Plantation Massa-Lanmaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s