MA RELIGION

Cellule cancéreuse du sein

« Holy the asshole ! » Mon Dieu est dans la boue, il est dans la prolifération des bactéries, dans l’éclat neuf de ce feuillage et dans la sénescence de mes pensées ; mon Dieu exulte en l’embryon, comme dans le bras méchant qui tue ; mon Dieu est dans le vent qui touche le sexe émouvant des filles, sous leurs corolles, il est dans la rosée qui humecte leurs lèvres ; mon Dieu est dans  l’érection de mon sexe, il est au bout de mon désir, lorsque je m’enfonce dans ton vagin : mon Dieu m’attend lové dans tes ovaires — il t’attend ; mon Dieu est dans ta salive qui coule dans ma bouche ; mon Dieu est dans l’excitation des corps, il est dans la matière, dans la colère ; mon Dieu aime et il tue, il participe à la ruée des peuples assassins, il pousse dans l’étron gainé de soies (l’alchimique boyau de chair ou tout fermente, se fait et se défait), il est dans le grouillement des insectes qui couvrent la plaie, et il est dans le sang du monde (ô ce goût de fer dans votre bouche) lorsqu’il monte à l’assaut des versants miraculés de la glace bleutée, pour l’ultime pillage —  lorsqu’il s’épand en marée visqueuse sur les grèves ensablées du souvenir — lorsqu’il violace le regard des hommes las écrasés sous leurs oeuvres — mon Dieu pourtant toujours bat le bourdon à l’aube anguleuse de tes tempes.

Mon Dieu me déserte parfois. C’est une lumière éteinte que verse alors la lune — la lune ou le soleil, je ne sais plus (ô sperme fané de la vie)…

Mon Dieu me déserte parfois, mais ta beauté demeure.

 

Autres jaculations nocturnes et diurnes

Pour retourner à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Jaculations nocturnes et diurnes

Une réponse à “MA RELIGION

  1. J’avais écrit « bite », ce qui donnait une nuance de vulgarité, bienvenue pour la crudité du propos, malvenue pour la tonalité générale, que je veux pointant vers la métaphysique… Finalement je change en « sexe ». (Les mots sont porteurs d’affectivité mais ils ne sont pas les choses, ils sont des mots… Faulkner parlait des « prestiges » — au sens latin d’artifice — de la littérature…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s