Poème 22 de Un Signe Dans L’Été, de Jean Malrieu

Un dieu a passé par ici. La grille qui donne sur le jour n’a pas grincé. Le chien dort.  Du côté de l’Orient se répand la nouvelle que les coqs dispersent sur les remparts de citadelles. Les fenêtres s’ouvrent ensemble. L’avez-vous vu ? Un dieu a dormi parmi nous. Ma taille plie. Je suis soumis. Mes joies lui appartiennent. Maître des eaux, du sel, il se penche sur l’abîme. On pourrait voir jusqu’à mon coeur. Il a sondé les rêves. Puis, comme l’arbre à l’aube retrouve ses feuilles claires, je fais cliqueter ma charge d’années.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Enthousiasmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s