Archives de Tag: espace

Fiacre

Bela Tarr, Le Cheval de TurinLe cheval est fourbu, et la route est longue. Quelle étrange diligence ! Le cocher semble avoir perdu le sens, et c’est le cheval qui reconnaît — avec un peu de chance — les étapes de son trajet. C’est très erratique. Parfois la voiture s’arrête presque précisément là où on l’attendait ; et parfois elle ne se soucie plus de marquer l’étape  — une grappe de chapeaux , à l’auberge où elle avait coutume, voit s’éloigner sur les chemins meshaignes le cul  brinquebalant de son espoir. Parfois encore, saisie dans un mouvement immobile, la diligence stagne durant des heures dans la campagne bruineuse, entre deux fondrières et un boqueteau délavé ; l’homme et la bête présentent alors le même oeil hébété et vitreux, qui ne reflète que le paysage indifférent. (Une campagne bête comme un décor de théâtre : trois champs accrochés à un ciel détrempé.)
Si l’on s’avise de lui demander la cause de ce comportement singulier, le cocher vous regarde du point de vue de Sirius, et se lance dans une dénonciation confuse de l’éloignement croissant des choses, de distances devenues proprement ahurissantes, entre des points qu’on reliait autrefois à la volée sans avoir le temps de dire ouf, et de l’espace, oui monsieur de l’espace même, qui s’étire, qui s’étire sans cesse, au point que les gens seront bientôt tous isolés, sans que jamais plus on ait la joie de dire bonjour au voisin, le voisin qui dans notre enfance occupait l’autre côté de la route, et qu’il suffisait presque, oui, chose complètement incroyable, qu’il suffisait presque de tendre le bras pour toucher, si on le voulait, et pour sentir sous l’étoffe de la manche son bras de chair et d’os, au voisin, et pareil qu’on pouvait caresser la joue d’un nourrisson qu’on vous montrait, de la demeure d’à côté, oui ces choses là arrivaient tout le temps, on se montrait les nourrissons, on se touchait le bras ou l’épaule, la main, avant que les distances ne deviennent si monstrueuses, avant que les villages, les hameaux, et dans les hameaux les maisons, dans les maisons leurs différents recoins, ne fussent séparés par des éloignements effroyables, au point, Monsieur, qu’on peut se demander si chacun n’en viendra pas à vivre tout seul… C’est jusqu’au ciel qui se vide, on le voit bien la nuit, qu’il y a plus de noir entre les loupiotes tremblotantes, et qu’elles sont plus pâles, plus lointaines, on ne reconnaît pas les constellations tellement elles se sont distendues, à toute vitesse, et c’est presque pire chaque nuit, même la lune… Et les mots, Monsieur ! N’avez-vous pas remarqué comme les mots se raréfient, asphyxiés par tant d’espace ? C’est à croire qu’ils sont tombés en grand nombre dans le vide, engloutis dans les fissures ouvertes entre les choses… On n’utilise plus que très peu de mots. On sent bien parfois des bourgeonnements, des envies, des pusillanimités de la phrase, mais tout retombe: on n’a plus besoin de tant de mots quand les distances sont devenues si grandes. Ils doivent être gisant dans quelque bas-fossé, exténués, les mots, tombés comme des oiseaux morts. On se cherche, là où qu’ils étaient, en vain. Pour le reste on croit remuer ciel et terre, mais c’est avec une langue carrée — alors à quoi bon.
Et puis il fait si froid. Si froid, de plus en plus froid, sur ces chemins. Pour tout vous dire, Monsieur, c’est comme si là aussi, à l’intérieur, sous la poitrine, l’espace noir et glacé s’était aussi insinué. Oui comme si les espaces froids du ciel s’encadraient désormais à l’intérieur de nous ; vous ne sentez pas cette béance, Monsieur ? Si ça continue on finira tous écartelés entre les quatre points cardinaux… À moins que — vous croyez qu’on se rapproche d’autre chose ?

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Lien vers la page d’accueil : cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes

Voyageur Un

Sifflements
Embrasure des
galaxies déroulées
Silence
Sil

Voyager 1 a quitté le système solaire

40 000 ans. Quelqu’un
?
Mes yeux mes yeux se ferment se rouvrent se ferment je taie sous eux les recouvre 40 000 ans tc tc tc Un souffle
Un souffle n’a fait que passer n’a fait wegh-(*weǵʰ-)/via/viaticum/voiage/voyager1 que portes-tu de nous Voyager1 de nous qui sommes  morts tous poussières Ann&Carl Carl&Ann ovulation propice à la pointe de ta nudité les ondes de la méditation dérangées par l’orgasme
les vagues de l’orgasme sur l’encéphalogramme
l’espace s’entrouvre à la douce tactilité de l’antenne fouille l’espace-père de l’espace qui est père de l’espace qui est père de l’espace qui est il n’y a rien là haut que convoieront les ondes rien plus que le goût du sel sur ma langue
ici-bas ici-bas le rien illumine les coeurs dans la salle où tous les écrans le champagne clignote les écrans tintent les écrans sur les coeurs ouvrent des lucarnes on boit on mouille on bande comme des microprocesseurs comme en 1977 c’était avant avant
avant tout ça
tu sais
40 000 ans mes yeux se ferment Margarete un souffle /wegh-(*weǵʰ-) wegh- l’encolure la chaleur de l’encolure sous le crin son parfum fort de l’amitié l’alliance du vivant efface pour un instant la plaine de la jeunesse un instant la plaine de la jeunesse qui pète de désir sous le soleil là-devant sous le soleil hérissée de faux la plaine de la jeunesse toute hérissée des faux semblants de la jeunesse et on est aspiré dans la trouée aspirés qu’on est tous
aspirés
dans la trouée
il n’en restera rien
pas un
/via l’orgueil pour où? ubris l’orgueil où est-il et pourquoi? je tape la tête sur les murs tape où? comment? comment l’aboutir l’embouter le rebooter tape tape plus fort les éclats volent les éclats de murs les éclats de tête toujours l’orgueil tape les éclats des mots les éclats du passé les éclats de la perdition il demeure réside est engendre rit l’orgueil au centre de sa toile au centre d’où partent les collines septèmes
amor
un debout sous le regard des dieux ou plutôt les dieux à son service les dieux tout petits et serviles portés sur son épaule son regard porte au loin éblouit strie la plaine il trace la plaine administre les pas lents des légions donne les routes et donne les chemins des déroutes piétinent le sylphe vins amphores le sylphe double sillon des roues comment comment comprendre que les routes étaient courbes qu’il n’y a rien de droit comment comment le pouvait-il comprendre le peuple de l’équerre en ce temps les poignards valaient plus que affutaient valaient plus que les mains valaient
/viaticum/voiage  pavées de coquillages d’ermites de boîtes de soupes à cheval de conserve sur les routes de poètes pendus de pauvres types à la recherche la recherche d’un Dieu d’un Dieu d’un Dieu Lui s’épuise dans le 238PuO2  (P0 ( 1 – 0,5t / 87,74 ) en années et non en siècles et non en lustres et non en éons) car cloué sur une croix même lui Lui s’épuise en isotopes et comment comment savoir s’il est le chat de la boîte est-il ce sont li troi mor e li troi vif le chat de la boîte est-il mort Il furent si con Duc et Conte Troi noble home de grant arroi ces grandes cathédrales aux croisées où s’enchaînent les livres il fallait être bien grand seigneur bien grand seigneur pour obtenir recru de travaux et de veilles il avait  fait copier la fleur de sa librairie sur de grandes feuilles reliées d’ivoire serti de pierreries de sorte que même à cheval même à cheval Voiageur Un une langue naissait des routes d’oc et d’oïl des manuscrits d’Italie Voyageur Un Troubadour tu es bien plus ancien bien plus ancien que N’A SA grandeur bien plus ancien que Lui qui s’éclipse dans l’héliogaine qui épuise ses rêves en giclures d’isotopes sur le pli drap en années et non en éons sur le pli d’un drap sale

Le choc terminal ruée rué d’or dans l’ultime moisson worksheet43 moisson de chiffres pluie sur les ruée d’or rotondités où baignent les cervelles dans la lumière l’or des photons tombés des écrans magnétosphères ensuite
?
?
?
je me relève tu trembles dans le vent tu trembles particulaire dans le vent tes larmes 197Au se dénouent orbitales atomiques orbitales la nécessité tes larmes qu’emporte qu’importe nous ne serons bientôt que pou
dre
40 000 ans Voyager 1 pas un oeil ne se lèvera pas un oeil ne subsistera pas un cil pas un iris pas le monde d’un iris Carl&Ann Ann&Carl ton horloge ne battra plus qu’un temps incomp ne battra plus que Sa plainte sa morne plainte moagnétique 238PuO2 comprendront-ils comprendront-ils l’emboîtement des sexes comprendront-ils Ann le tressaillement de ta méditation comprendront-ils que Carl que perle comp le tressail que Carl dans l’affolement soudain de ton iris que languoisse repos ressoufle reflux acceptation bientôt
Que donne ma main ? que donne ma main à l’aube au déroulé des temps? que donne ma main de fer ma main bardée d’antennes du souvenir sur les routes d’Italie les routes de l’orgasme ma main sur l’encolure de la plainte la maîtrise de l’isotope le souvenir d’un sourire dans la magnétosphère l’ovule éternelle de ton sourire
notre méditation s’achève nous avons envoyé là haut si loin si vide nous avons envoyé là haut à la commisure du temps et de l’espace au liseré nous avons envoyé
CLIQUER : Voyager golden record : greetings from UN secretary Kurt Waldheim (recording)

Kurt Waldheim, Wehmacht, Yougoslavie 194?. Futur secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Lien vers la page d’accueil : cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

1 commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes

Point Omega, de Don DeLillo : aller-retours de l’oeil aux immenses horizons du temps et de l’espace

« …l’éternité qui bâille sur les sables »

Saint-John Perse, Anabase

Un jeune homme, à New-York, en face d’une installation vidéo où se diffuse, plan à plan et infiniment ralenti, le film Psychose de Hitchcock ; puis la même personne avec un autre homme, rendu, lui, à l’autre extrêmité de sa vie, dans une villa perdue au milieu du grand reg Arizonien ; les deux hommes contemplant la précipitation, peut-être éternelle, du temps sur les roches pulvérines… Mais le Temps est-il éternel ?

Comme toutes les oeuvres à forte densité symbolique — je songe avant tout aux Falaises de Marbres de Junger, mais aussi aux romantiques allemands, au Désert des Tartares, ou encore chez nous aux livres de Julien Gracq — ce court roman de Don DeLillo, Point Omega, se trouve nodal au centre d’un réseau de significations qu’il serait vain de vouloir épuiser, ou choisir parmi. S’ouvrant sur une expérience de distension du temps, que certains trouveront fascinante, et d’autres, oiseuse ; il répercute cette expérience sur le lecteur attentif au silence qui entoure les lignes. L’arrière plan métaphysique est, au choix, oppressant, ou libérateur (influencé, je le soupçonne, par la pratique de la méditation — à la manière du cinéma de David Lynch —, mais ce n’est qu’une présomption, fondée sur le succés de cette pratique chez les intellectuels américains).

Le Point Oméga est un concept de Pierre Teilhard de Chardin : à l’achèvement de l’évolution humaine, les consciences individuelles, plongées dans une atmosphère d’échanges, de communications et d’interrelations, ne seraient plus isolables et fusionneraient à l’échelle d’une conscience humaine globale, planétaire — prête, selon le théologien français, à la rencontre avec Dieu — mais dans le livre il n’est question de cette dernière apothéose. La référence à Pierre Teilhard de Chardin est tout juste suggérée(*).

Que cette philosophie soit inspirée d’Hegel, j’en ai l’impression, mais laisse à ceux qui sont plus compétents que moi le soin d’y réflechir.

Loin d’avoir souscrit à cette synousie universelle (le néologisme s’impose faute de synonyme au Point Omega), le vieil homme amer qui se réfugie dans le temps, infiniment long, des époques géologiques, et des grandes extinctions animales dont attestent les fossiles qui parsèment le désert, a été l’un de ces intellectuels conservateurs à qui furent dévolus la tâche, par Georges W.Bush et ses sbires, de créer les mots et l’habillage conceptuel qui feraient accepter les guerres nouvelles.  Il ne faut pas trop s’illusionner sur d’éventuels regrets, et son amertume tient plus au fait d’avoir été plongé, pendant des années à New-York, dans un brouillard de discours de conférences et de réunions — « News and Traffic », l’appelle-t-il — qui le coupa de la réalité tangible de la vie : cette conscience pure du temps et de l’espace où flotte sa retraite au désert. Le jeune homme qui l’a rejoint en sa villa pour réaliser un documentaire sur les manipulations des années Bush s’y laissera envoûter, au long de semaines qui passent avec l’imperceptibilité du temps dans une tradition littéraire qui remonte au Désert des Tartares de Buzzatti ou à La Montagne Magique de Thomas Mann.

Heureusement, Don DeLillo ne concluera pas, le tisonnage poétique de notre réalité ne deviendra pas une métaphysique, et l’Évènement surgira au sein de l’Être : une femme, comme il se doit, fille du plus vieil homme, ramènera par sa présence, pourtant discrète, L’ÉCHELLE HUMAINE, porteuse de ses désirs de ses incertitudes et de ses sentiments de perte, dans les failles des consciences  qui se voulaient pétrifiées trop vite dans la contemplation des vérités asymptotiques.

Je ne raconterai pas la suite, qui n’a rien d’un vaudeville, mais dirai seulement que le Temps et la conscience furent condamnés trop vite à leurs mystérieuses abolitions dans le Point Oméga.

« …et l’idée pure comme un sel tient ses assises dans le jour. »

Saint-John Perse, Anabase

(*) p.72 de l’édition Scribner, Avenue of the Americas, NYC, 2010. J’en profite pour signaler que l’anglais du livre est très facile à comprendre, même si bien sûr la littérature américaine est bonifiée par une bonne traduction française).

(Un petit post-scriptum : la « critique littéraire » fleurit sur le net… Étrange critique, ignorante et dédaigneuse de tout outil conceptuel, de toute théorie littéraire, de tout ce qui a été dit écrit et pensé avant elle, uniquement subjective et narcissique… Or, un point de vue nouveau (et donc intéressant) sur une oeuvre, c’est une théorie nouvelle de l’oeuvre, peut-être même DES oeuvres : travail savant pour lequel il y a des professionnels, parfois géniaux, qui sont les chercheurs universitaires. Le reste n’est que bavardage subjectif. Le bavardage subjectif ci-dessus n’a donc aucune prétention à se vouloir critique, mais voudrait juste signaler un grand livre et partager les sentiments nés d’une lecture passionnée, et raisonnée.)

Tous les « Enthousiasmes » : cliquer ici
Tous les « Chemins de vie/de pensée » : cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Enthousiasmes