Que hare yo con esta espada, Angelica Liddell en Avignon

Angelica Liddell, Cloître des CarmesLe spectacle s’ouvre par une amusante citation anti-française de Cioran, projetée sur la plage de surtitres, puis l’entrée, majestueuse et lente, d’un homme d’un certain âge au profil césarien, en toge ; toge qu’il ouvre une fois face au public, montrant banalement sa nudité velue: nudité du pouvoir ? le roi est nu? ou au contraire arrogance phallique du détenteur du  pouvoir? réminiscence du Giulio Cesare de Romeo Castellucci ? On se fera l’idée qu’on voudra, ainsi que son propre faisceau de suppositions pour relier ces deux premiers évènements entre eux, puis au troisième. Car surgit alors Mme Liddell elle-même, en tenue de soirée vite relevée pour montrer son vagin et son anus : la nudité est moins gratuite en cette troisième scénette, puisque la metteur-en-scène et performeuse en appelle à un homme qui la prendrait par tous les orifices aux jours où mourront sa mère et son père.  En même temps, s’il s’agissait d’être aguicheuse et de faire en quelque sorte publicité à cet appel, on peut en déduire qu’un membre — c’est le cas de le dire — de bonne volonté du public aurait pu se lever et se présenter sur scène pour combler le vide ainsi proposé (j’avoue avoir hésité, puis m’être timidement rétracté)…… Habituelle hypocrisie de ces fausses provocations de scène auxquelles l’infranchissable quatrième mur empêche toujours de donner suite.
Ensuite il y aura une scène orgiaque, remplaçant une autre scène, ir-reconstituable celle-ci, ayant eu lieu en 1981 à Paris lorsque le Japonais Sagawa dévora une étudiante néerlandaise qu’il avait attirée dans son apartement sous prétexte de lui faire lire un texte de Trakl.  Une palanquée de très jeunes femmes nues tiennent place de la pauvre néerlandaise, occasion d’une séquence de Walpurgis durant lesquelles elles se masturberont avec des poulpes, devant des aquariums où nagent des anguilles moribondes. Deux apories me semblent retirer à cette séquence la puissance qu’elle pourrait avoir: d’abord l’extrême jeunesse des agitées, qui malgré toute leur énergie ne permettent pas de faire oublier qu’elles reproduisent avec zèle ce qu’on leur demande de faire, sans que ces gestes hystériques saccadés et mécaniques ne paraissent vraiment emprunts d’une expérience, d’une vie, voire d’une réflexion ou d’un vertige véritable devant la déchirements de la sexualité… Alors qu’un geste, un déhanchement habillé, d’une actrice plus dessalée et plus avancée dans son art et sa vie, peut être plus chavirant et troublant que tous ces jolis petits corps en folie commandée… Ensuite l’ambiguité de la monstration : n’ayant pas tranché entre montrer et suggérer, Angelika Liddel ne peut rien obtenir, même avec l’aide des poulpes, qui aurait l’impact d’un acte cannibale, ou seulement sexuel, tel qu’on le verrait dans un peep show ou un théâtre porno… Mais d’un autre côté elle s’est privée de la magie de la suggestion… (D’autres pistes existaient peut-être, et la musique gnawa que pendant ce temps on jouait sur le parvis du Palais des Papes, peut suggérer à l’imagination qu’il aurait été possible d’émuler la cérémonie Aïssawa de la « frissa », mascarade des plus effrayantes aux dires des voyageurs qui y assistèrent.)
En fait la vraie provocation, et qui n’aurait pas manqué de provoquer un scandale malgré son innocuité réelle, aurait plutôt été de balancer les poulpes dans la foule… J’étais quant à moi au premier rang et plus inquiet de recevoir un poulpe de belle taille sur mon plastron du dimanche que de voir des minous rasés et spasmodiques…
Je suis resté pour le début de la seconde partie. De retour sur scène Angelica Liddell y performe avec brio une longue tirade que l’on peut supposer d’elle: texte bien écrit, philosophique, avec du punch, et accompagné d’une scansion corporelle vigoureuse : on y entend les échos d’Antonin Artaud sur le Théâtre de la Cruauté, Jean Genet et l’apologie du traître, Nietzche et celle de la destruction regénératrice, La Guerre Sainte de René Daumal, surtout le marquis de Sade et l’apothéose de la passion criminelle contre la loi criminelle… Pour ma part j’ai pensé à la longue imprécation de l’Olimpia de Céline Minard, bien qu’il soit moins probable qu’Angelica Liddell en ait eu connaissance. Très bien. Mais quid novi dans tous ces thèmes, cet appel à la violence, au meurtre, ce nihilisme ? À nouveau une provocation qui tourne court, un appel à décaper la vie par la violence et l’art qui vient avec 50 ans, 60 ans, 100 ans de retard… Comme l’écrivit Nerval, le premier à avoir parlé de l’aurore aux doigts de rose était un génie, le second manquait d’imagination, le troisième était un imbécile… Le public gentiment bourgeois du Cloître des Carmes ne s’y est pas trompé, qui a fortement applaudi cette tirade où il retrouvait les thèmes qu’il enseigne en classe ou que ses enfants y apprennent vaguement, après que le même public était resté perplexe devant les poulpes masturbatoires.
Hélas donc, rien de nouveau sous le soleil. Surtout, moi qui vis à l’étranger depuis plus de 20 ans, je constate une fois de plus que la « vie intellectuelle et artistique grand public » européenne s’est figée dans une série de clichés hérités des anciennes avant garde,  une vulgate anthropologique qui a cours depuis maintenant plusieurs décennies:  décapée des apparences, des bienséances, des mensonges du capitalisme libéral, la vraie vie (économique, sociale, existentielle, sexuelle) ne serait que chaos, horreur, manque, vide, violence et désespoir… Nul bonheur réel, et même nul plaisir : un homme rampe vers un vagin offert, mais il ni parvient qu’épuisé et pour s’endormir sur la cuisse de la femelle complaisante… Tout est pourri, tout est nul, inutile, tout est corrompu et va de mal en pis… Seules issues :  l’intensité de passions extrêmes, ou au contraire l’extinction d’icelles dans le zen…
Amis européens, il faut vous redire qu’autour de vous sur la planète 6 milliards d’êtres humains, lorsqu’ils ne sont pas plongés par leurs circonstances politiques historiques et climatiques dans la souffrance ou les affres de la misère, vivent, jouissent, adorent, pensent, créent, dansent, aiment, admirent, se restaurent, se reposent, normalement, et ne sont obsédés ni par leur mort, ni par le déclin, ni par les maux de la planète, ni par un mal essentiel de vivre… À ce niveau absurde et général de plainte-complainte-complaisante la critique n’est plus qu’une nouvelle idéologie totalitaire, une incarcération psychologique de plus, une paresse.
De la suite du spectacle, je ne peux rien dire : il m’a fallu partir pour raisons familiales. Car, qui, enfin, programme ces spectacles qui durent 4H  à partir de 22H ? Vous aurez intérêt à vous organiser pour la garde des enfants ! Et ne rien avoir de prévu le lendemain matin (pas d’enfants qui vous réveillent à 7H, pour filer le même exemple…) Du coup, à vue de nez un public composé de 10% d’étudiants, 50% de retraités, 40%  de gens vers la fin de leur vie professionnelle… Autour de moi et en plusieurs langues, les conversations tournaient autour de la réorganisation des activités du lendemain et du nombre d’heures de sommeil que l’on pouvait espérer.

Pour voir tous les articles de la catégorie Accablements, cliquez sur le nom de la catégorie ci-dessous ou ici.
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Accablements

Le garagiste à Skhirat

Entre une façade condescendante et grise, et l’adossement d’un mur de parpaings. On connaît tous de ces Triangles des Bermudes où les poussées urbanistiques de centres éloignés sont venues se heurter en derniers soubresauts épuisés et incohérents. La vie soudain affolée comme un papillon englué, la vie bat des ailes de charpie argentée, de peur que tout le reste n’ait été qu’un rêve, de peur qu’elle doive rester ici, la vie, entre la bretelle d’autoroute où passent les camions, et l’arrière monde cimenteux des maisons borgnes !
J’attends mon auto, préparée par Maître Khaled. La façade grise verse sur moi les regards froids de ses fenêtre fermées. Un vent vif bouillonne dans le puits formé par les différentes murailles de béton: un vent qui tranche de sa fraîcheur sur l’amorce du printemps, un vent descendu des sommets enneigés de l’Atlas, à moins que surgi de l’autre bord après avoir flotté sur le dos de l’Atlantique Nord — la côte n’est qu’à deux kilomètres après tout — circulé entre les chalutiers à morue, croisé au large d’autres pays à moutons, mais plus verts, plus froids, où les gens fument en parlant de dessous leurs pulls — un vent peut-être rencontre de ces deux mondes : accroche subtile, dans un niveau microscopique, des molécules frottées de neige, et des globules atlantiques…
La géométrie post-pré-para-industrielle laisse peu de place à l’espoir. Les gens essayent pourtant : une porte ferronnée d’un lacis de clous brillants, l’ébauche d’un jardin de rez-de-chaussée… le macadam récent fut percé de trous faits de roues de camion, pour des arbres plus tard (ici ou là une pousse de palmier dispute en effet son trou aux détritus)…
Tout cela devrait être affligeant, tu devrais te courber sous la férule du désespoir, ô mon animule vagule blandule, et pourtant un petit grelot ténu tinte joyeusement dans l’oesophage de notre conscience (manière de parler), un petit son cristallin de reconnaissance… Les époques s’abouchent, devant ce petit pan de mur gris: c’est que je connais cette banlieue ouvrière, et son vent piquant qui descend des immeubles tristes, comme s’il s’y trouvait des glaciers… Tous les quartiers dont la ville et les édiles se sont désintéressés se ressemblent, et celui-ci provient tout entier de mon enfance, et il me suit à travers le monde : le quartier de mes grand-parents, gens simples, à demeure devant un décor de montagnes, et de centre commercial. Mes premières années ont sombré dans l’apocalypse de la mémoire enfantine, mais elles ont flairé le vent lécheur de glaciers et d’asphalte. Ne reste plus qu’un souvenir de lessiveuse fumante qui m’a donné le goût des hammams, de bagarres pour rire avec le grand-père (il parlait Piémontais), et de convoitises gourmandes vite comblées.
Prise entre les murailles et la bretelle de l’autoroute, mon écriture ne peut-être qu’à l’image de l’âme de ces lieux, abrégée, anguleuse. Il s’y recueillera peu de vent de l’Atlas.
Et mon auto est prête.

Autres textes de la catégorie Ouvrir les yeux sur les mirages, explication et présentation de cette catégorie
Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici

Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

1 commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes, Ouvrir les yeux sur les mirages

Méditation pour l’innocent (après le massacre)

Tu mettras bien longtemps à entrer dans la conscience de ta mort; et moi je ne vivrai plus désormais que dans celle de ma survie.
À jamais tu ignoreras cette nuit.
Le temps m’a fait la bonté de cette larme où j’essaye de nous recueillir. Buvant le lait chaud de ton visage. Cependant qu’étrangement arrêtés, les grands laminoirs du ciel se font face et s’observent comme deux aveugles, reflétant sur les miroirs glacés de leur nuit,  la fixité des constellations.
Je viens du tumulte de la vie, qui est celui de la ruée des corps vers leur mort : danses de plaisir et de mort des corps en tourbillon, et leurs démembrements et leurs remembrements, et leurs jouissances et leurs grincements de dents
Pourtant j’ai désiré cette petite mort du temps, qui nous tient suspendus un instant au bord du temps, ensemble toi et moi : fragiles illusions de néant, hologrammes
Et toi lové dans le creux de mon bras comme je me suis lové dans le creux de cette nuit, avec la permission des constellations
Et sur nos tempes, le signe de la comète qui nous séparera
Parce que tu as deux ans et demi, et qu’il y a deux ans et demi j’avais quarante deux ans et demi
Je n’ai pas peur pour toi de cette terre, où toujours se sont levées et couchées les générations
J’ai peur de ne pas te protéger assez pour que tu vives pleinement sa douce-amertume
Mais pour l’heure tu pèses pleinement dans la nuit de ton sommeil, peuplé sans doute de gentils animaux, de choses bonnes à manger et de  parents attentifs, éternels
(22 novembre 2015)

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Grains de sable isolés, Jaculations nocturnes et diurnes

Paris Parques

« Places, ô place à Paris, théâtre illimité
Madame Lamort, modiste, enlace les rubans sans fin des chemins inquiets de la terre,
invente des noeuds, des ruches, des fleurs des cocardes,
des faux fruits nouveaux
et couleurs invraisemblables, pour chapeaux d’hiver bon marché du destin. »

Rainer Maria Rilke, Septième Élégie de Duino, traduite par Lorand Gaspar et Armel Guerne

Poster un commentaire

Classé dans Grains de sable isolés

Louvre, section médiévale

Émail, moyen-âgeL’appel d’un autre monde. Solitude devant cet appel. Le soir d’automne qui tombe derrière les hautes fenêtres suscite sur les murs blancs de grandes coupes ombrageuses de désespoir, où passent comme des comètes, ou comme la foudre, la résurrection des vies qui n’ont pas été vécues : dans les ombres ombrageuses je ne suis pas seul, je retiens ta taille de la main, l’unisson de nos corps nous abîme dans son accord, nos têtes se touchent, d’où la même émotion se répand comme une eau subtile, le voile de lumière automnale sur les hautes fenêtres n’est plus de tristesse mais de beauté, l’instant a l’intensité d’une note fragile miraculeusement suspendue au-dessus de la mortalité de la chair…

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes

Milliaires Amours

Palmes, nuitLa femme en bleu, sur le bord de la route — elle est toujours la même — qui me porte de Skhirat à l’Amphitrite, lorsque je vais y courir, en obsédé repris par l’espoir de soustraire mes membres au hideux enlisement, de ressusciter de la flèche du temps,

Cette femme bleue je ne l’aperçois jamais que du coin de l’œil, dans l’écume de transpiration et les jets d’haleine carbonique et sifflante,

Estompée par le crépuscule cette femme bleue, toujours au même endroit, où je m’efforce et je patine, et les cailloux roulent et le sol fait déjà défaut à ma cavalerie,

Devant la jobardise des gardes du palais royal, qui gardent les palmiers et le disque rouge du crépuscule encadré par les palmes, cette femme bleue inamovible, impassible statue en éloge de l’attente, vigie patiente devant les gardes rouges du palais royal

Cette femme que je ne vois pas, à qui pourtant je prête tout l’apanage de sa race : sa finesse, sa vigueur, et sa beauté qui se délivre nerveuse et fragmentaire, dans la préciosité-effilée des mains

Trop soignées et porteuses d’un mirage de henné dispersé en ténu souvenir/nuage de la fête passée, mariages, fiançailles funérailles, treillis de signes, petit miroir cosmique que poignardent, comme des pierreries, les épilepsies du firmament

Et calendaire caduc des vies à peine, de la peine des vies (un suintement angoissé sur l’onde du temps ; un grincement de l’univers sur sa roue de néant)

Devant la jobardise des gardes, le disque rouge, au crépuscule, où le palais se retire sur sa grève dans la rumeur vague de la mer

Marmonnant comme un chat assoupi et bosselé de nuit

La femme en bleu reste toujours figée, et dans quelle attente, et de quelle délivrance, qui viendrait de la route ?

Compagne putative d’un soir de mes efforts désordonnés et de ma débâcle, compagne crédentielle, dans la nuit je te reconnais la beauté des femmes de ta race, lignées légendaires de Schéhérazades coagulées dans l’ovale parcimonieux du voile,

Où la beauté afflue en cils rangés comme des batailles, continuelles en longues prunelles électriques, énigmatiques en nez rutilants comme des flancs d’éphèbes, lascifs en lèvres profondes où s’étendent sous des lacs de sang les pensées, éternelles de la génération et de la mort, et le maquillage éternel de l’espoir

Où, cette ouverture, qui transporte sur vos visages

La forme de vos sexes

Mais elle sans doute contractée dans l’attente, ses lèvres guère plus qu’un trait tendu dans la nuit, ses yeux qui voudraient se faire laser et fouiller le fonds de l’horizon au bout de la route des palmiers, et au delà plus loin qu’Agadir plus loin que Mogador, plus loin que Darlaa, d’où doit venir… ? Ou peut-être résignée à ne peser une fois de plus que l’obole de la lune sur la balance de son attente, et la lune ne pèse rien à la pointe de cette balance… ?

Lorsque je la croise, cette femme bleue si frêle, si indécise dans la nuit, je vois sa djellabah se prolonger, et remuer sur la nuit et la mer toute l’étoffe illimitée, vieille autant que l’humanité, de notre grand rêve d’Amour.

Aujourd’hui je suis revenu en boitant, l’âge me criant dans mes chausses que je n’ai plus quinze ans, ni même trente, que le miracle éclatant de la jeunesse ne reviendra pas, qu’il faudra négocier le souffle, en retenir un peu, puis un petit peu.

Elle était toujours là, fidèle à son attente. Cette fois-ci je me suis approché, je lui ai fait face, l’air clairet du soir condensait puis dispersait en fines gouttelettes le mystère qui m’environnait.

Je ne l’ai pas dérangée. Elle s’était rapetissée dans le crépuscule fibreux des légendes, elle ne pouvait me voir je n’étais qu’une trop éphémère présence au bord de sa méditation ; elle avait la fixité de la mesure du temps et de l’espace, rien de moins. Mais pour moi elle était la madone manquante, le signe tracé au couteau en travers de la vue des hommes, et qui les hébète à tout jamais, les porte à la bouteille ou à la femme, à la mosquée, à l’église, à la poésie, à la mort…

Derrière moi les gardes du palais roucoulaient dans des téléphones invisibles et sans doute défendus, et les palmiers libéraient la délicieuse chanson de vent qu’ils accumulent tout le jour dans leur fût : liqueur ravie à l’outrecuidance du soleil (n’ayons pas peur des mots !)

Et sur le front couleur de lune de la femme en bleu je lis

Bouznika 13 Km

Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

1 commentaire

Classé dans Jaculations nocturnes et diurnes

Isabelle Eberhardt : Ahmed, l’amant philosophe

« En amour, il était voluptueux et raffiné, semblable à une sensitive que tout contact brutal fait souffrir. Son amour, pour calme et doux qu’il était, n’avait pas moins une intensité extrême…
Pour lui, le plaisir des sens n’était pas la volupté suprême. Il y ajoutait la volupté intellectuelle, infiniment supérieure. En lui le mâle était presque assoupi, presque tué par cet intellect puissant et délié d’essence purement transcendantale. Il me disait souvent :
_Combien ta nature est plus virile que la mienne, et combien plus que moi tu es faite pour les luttes dures et impitoyables de la vie…
Il s’étonnait de ma violence. J’étais très jeune, alors, je n’avais pas vingt ans, et le volcan qui depuis lors s’est couvert de cendres et qui ne fait plus éruption comme jadis bouillonnait alors avec une violence terrible, emportant dans les torrents de sa lave brûlante tout mon être vers les extrêmes… »

Isabelle Eberhardt, La Zaouïa (Nouvelle)

Belle reconnaissance de ce qu’on ne fait pas l’amour avec le corps, mais avec l’esprit, et avec l’esprit des mots. On peut sourire aussi devant l’envoi de ce beau portrait amoureux : Isabelle Eberhardt l’écrit à 27 ans, avec la naïve conviction qu’ont les êtres jeunes, d’avoir tout connu, d’être blasés, rassis… Est-ce parce qu’ils ont encore les yeux fixé sur le monde trop circonscrit, de leur toute première jeunesse, et ne voient pas qu’un continent d’expériences et de pensées nouvelles s’avance au devant d’eux ? En tout cas quelques années de plus suffisent en général à réaliser que la vie surprend, qu’elle surprendra toujours, toujours inattendue, toujours nouvelle… Bien que, de plus en plus, alentie ?
Isabelle EberhardtTous les « Enthousiasmes » : cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Enthousiasmes