Archives de Catégorie: Grains de sable isolés

Richard Millet ou l’identité de la France au prisme ethnique

Dans l’émission télévisée Ce Soir ou Jamais du 7 février 2012, l’écrivain Richard Millet, « Français de souche », « hanté par l’identité nationale » dit une fois de plus son cauchemar absolu d’être « le seul blanc », dans la station RER Chatelet-Les Halles.

Je l’ai entendu aussi tenir les mêmes propos, sur le même ton douloureux, lorsqu’invité sur France Culture par Alain Finkielkraut.

« Il y a une douleur pour moi à savoir dans quel pays je suis, racialement, ethniquement, et coetera… »

Mais qui sont ces bronzés qui entourent Richard Millet dans le RER, et lui procurent ce trouble obsidional et victimaire, sans doute métissé de masochisme ? Et s’ils avaient noms Patrick Chamoiseau, Marie NDiaye, René Depestre, Kossi Efoui, Fred Lasserre, Simone Schwartz-Bart, Maryse Condé (et même, à titre d’ombres, les grands disparus Aimé Césaire, Édouard Glissant) ? Amin Maalouf, Assia Djebar ? Tous magnifiques possesseurs, enlumineurs, jouisseurs, illustrateurs de la langue et de l’art et de la culture française !? Tous Français à 100%, 200%, 10 000% !? Richard Millet, pour grand écrivain qu’il soit, ne sait-il voir des gens des gens que la couleur de leur épiderme, peu au-delà du bout de son nez blanc ? Mais alors, quelle est la dernière goutte de sang noir, la dernière carnation plus sombre, en dessous desquelles Monsieur Millet n’aura plus l’impression que l’identité nationale est mise en péril par l’invasion de tous ces bronzés ? L’identité française devrait-elle être établie par voie génétique ? Par critères physiologiques ? Et que répondra Monsieur Millet à celui qui lui dira, un jour, qu’avec ses oreilles de métèques, son nez de youpin, ses yeux un peu bridés et ses lèvres de nègre, et son enfance au Liban, lui, Richard Millet, ne peut prétendre être français ou prétendre participer à l’identité nationale de son pays ? Que dira t-il à son voisin dans le RER qui lui exprimera son trouble de se trouver devant une gueule troublante, la sienne, qui destabilise l’identité nationale ?
Les propos de Richard Millet sont implicitement racialistes, donc racistes. Que ne se l’avoue t-il une bonne fois pour toutes ? Ce ne serait pas pour qu’on puisse le  couvrir d’une opprobre bien pensante, mais pour qu’il soit guéri, lui, d’une telle fausse ambiguïté, et puisse discuter et défendre des positions claires et cohérentes, pour autant que déplorables — plutôt que ces demi-déclarations aporétiques dans l’ombre desquelles rampent les pas-vraiment-dits. Il se soulagerait et nous soulagerait de l’étalement médiatique de sa souffrance, qui fait peine à voir. Abandonne la névrose, Richard, passe à la perversion !

Post scriptum 1: Peut-on tout accepter d’un écrivain, sous prétexte d’art ou de talent ? J’ai longtemps pensé que oui, et j’ai lu Céline, Rebatet, Drieu (je les cite mais je ne les mets pas tous dans le même sac bien sûr, ni en terme d’engagement, ni de style ni de grandeur) sans trop m’inquiéter de ce qu’avait été leur vie… Mais peut-être est-ce l’âge — je me suis laissé envahir par la morale —, je ne pourrai plus lire « Gilles » sans le mettre en rapport avec ce témoignage autrefois entendu d’un SS écrasant à Nice le crâne d’une femme juive à coups de bottes. Pour les mêmes raisons, je n’ai pas pu, aux Antilles, ne pas mettre en rapport la littérature de Sade avec la réalité qui lui était contemporaine, du système esclavagiste (rapport que j’ai cherché à éclairer dans mon roman Plantion Massa-Lanmaux).

Post scriptum 2, du 30/03/12 : je viens de lire par hasard un article du Monde, écrit par la romancière Nicole Caligaris (je ne la connaissais pas), qui met plus longuement les points sur les « i » : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/29/de-la-faible-vue-de-richard-millet-sur-la-peau-des-francais_1541844_3232.html

Cliquer ici pour accéder à tous les articles de la catégorie accablements
Retour à la page d’accueil : cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Accablements, Grains de sable isolés

Andreï Tarkovski (Solaris)

Nous ne devrions rien avoir de plus urgent que de fixer dans l’art — l’image,  la langue — l’éruption sensorielle, le déferlement, l’orgie permanente de notre captation du monde — fragile, inconsistante, impérenne.

Nous n’avons rien de plus urgent que de la masquer, l’oublier, la précipiter dans l’insu et dans le temps passé en vain…

(Fonction mémorielle, sociale, symbolique et sacrée, de l’art !)

Tous les « Enthousiasmes » : cliquer ici
Tous les « Chemins de vie/de pensée » : cliquer ici
Tous les « Ouvrir les yeux sur les mirages » : cliquer ici
Pour revenir à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Enthousiasmes, Grains de sable isolés, Ouvrir les yeux sur les mirages

Méditation 3

Émousser ce ressort qui va du coeur à l’âme, de l’âme jusqu’à la vie tendue — vita tesa. Si l’oeil doit se retourner dans sa vulve, qu’il ne retrouve dans sa visée intérieure les tours concupiscentes de la cité des appétits, vues d’en haut, ni d’en bas.

 

 

 

Lien vers Méditation 1, cliquer ici
Lien vers Méditation 2, cliquer ici
Lien vers toutes les jaculations nocturnes et diurnes, cliquer ici
Lien vers tous les articles de la catégorie Chemin de vie/de pensée, cliquer ici
Lien vers la page d’accueil : cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Grains de sable isolés, Jaculations nocturnes et diurnes

Embedded : les métaphores qui tuent d’Aurélie Colas, chro-niqueuse de l’école au Monde

Étrange perversité que de dire une chose, en utilisant des métaphores qui en signifient une autre ! Il s’agit du nouvel article d’Aurélie Colas au sujet des coupes budgétaires et humaines opérées par le gouvernement au détriment de l’école, donc des enfants, et au préjudice de l’avenir du pays. La lèche à l’égard des décisions gouvernementales ne sautent pas aux yeux autant que lors des précédents opus de cette grrrrrande journaliste et de ses collègues. L’article, si on le réduit à son squelette informatif, serait presque neutre : les recteurs sont contraints d’économiser des postes et hésitent entre supprimer des remplaçants et mettre plus d’élèves par classe ou les deux, les syndicats ne sont pas d’accord. Mais quelles métaphores la Colas utilise-t-elle pour dramatiser son papier ? En l’occurence, avec 60000 profs en moins en 5 ans, deux tiers de petits enfants de 3 ans scolarisés en moins, quasi disparition des Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED), ce qui serait adapté ce serait parler de massacre, d’équarrissage, de gigantesque plan social, de destruction de l’éducation… Non ! Pas pour Madame Colas ! Il s’agit, je cite, de « gisement d’économies » ! Un « gisement », c’est là où l’on trouve de l’or, du charbon, des métaux précieux… C’est disponible et on n’a qu’à le ramasser, comme toutes ces économies à faire dans l’éducation, quoi ! Quant aux remplaçants qui disparaissent pour être affectés sur postes fixes, eh bien on puise dans « un vivier » : comme les poissons et les homards chez le poissonnier, ils sont là disponibles pour qu’on les prélève, autant dire qu’ils ne servaient à rien. On va aussi « rationaliser l’offre de formation »…

Comme si les métaphores étaient neutres ! Aurélie Colas est-elle si ignorante de ce que c’est que le langage, qu’elle pense qu’on utilise des métaphores pour faire joli  ? Elle nous avait déjà fait le coup en parlant de « la manne » que représentent les heures supplémentaires pour les profs, lors d’une précédente oeuvre de propagande. Même les neurosciences et la psychologie expérimentale ont confirmé que les métaphores utilisées pour décrire une situation, un fait ou un objet, vont modifier le point de vue et les actions de l’interlocuteur. En vérité ce qui est évident dans ce dernier article c’est que, sous couvert de description objective des faits, ce sont les éléments de langage ministériels qu’Aurélie Colas incruste dans son papier. Cela s’appelle une manipulation.

(« embedded » : se dit d’un journaliste qui couvre des opérations en étant amené sur le terrain par l’un des belligérants.)

Retour à la page d’accueil : cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Grains de sable isolés

Brève réflexion au sujet de Noam Chomsky et de la petitesse de notre cerveau d’anacoluthe

L’un des arguments de Chomsky en faveur d’une grammaire générative innée, est l’apparente impossibilité pour l’être humain, de faire pratiquement l’acquisition sémantique et syntaxique de sa langue dans le temps si prodigieusement restreint imparti au petit enfant pour l’acquisition du langage.

Il est au moins douteux que la grammaire précède l’acquisition des mots (voir le sémioticien Danesi, Messages, Signs and Meanings), mais ce contre-argument n’explique pas la génialité du quasi-nourrisson dans l’appréhension de sa langue maternelle.

Il me semble donc aussi que vouloir déposer dans l’individu la somme de ses ressources , c’est en faire une fois de plus, idéologiquement, cet anacoluthe enfermé dans sa coquille mentale. Nous avons, pour penser et apprendre, toutes les ressources lentement accumulées, les aides les perches et les ficelles, de la culture autour de nous. Pourquoi la langue, la culture, ne se seraient-elles pas élaborées pour permettre cet apprentissage rapide (de manière similaire à la sélection darwinienne pour les organisations biologiques) ? Dans les voix de ses parents et de ses frères et soeurs, et par la nécessité pragmatique de les comprendre et de leur signifier ses besoins, son existence, le petit humain puise dans les ressources préexistentes de la langue : il n’a pas besoin de savoir à l’avance, puisqu’elle sait pour lui. Il en va de même plus tard pour nous, adultes, dans les livres : ce monde étrange des livres qui dédouble le monde, l’approfondit, et nous aide à lui donner sens. Notre pensée est plus vaste que notre cerveau, potentiellement nous pouvons penser sur toute l’étendue de l’arc électrique de la culture.

Il me plaît de voir en chacun de nous les co-utilisateurs, en différents points, du même continuum mental. Que reste-t-il de nous, en dehors de ces mots communs ? Pas grand chose, que l’angoisse du sujet né incomplet et perdu, perdu dans les autres et leurs langages…

Que serions-nous sans la littérature ?

Pour accéder à tous les articles de la catégorie Chemin de vie/de pensée, cliquer sur la catégorie ci-dessous, ou ici.

Pour revenir à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Grains de sable isolés

Quotidien de Référence ? Horresco Referens ! (Le Monde nous révèle la « vision » de Sarkozy pour l’éducation — et Maryline Baumard est son prophète !)

On se demande, avec inquiétude, s’il y a encore un quelconque travail de matière grise pour médiatiser la propagande gouvernementale, au journal Le Monde. Je détourne une fois de plus la raison sociale de mon blog littéraire, mais c’est qu’il n’y a pas que la littérature dans la vie, il y a aussi la civilisation — et donc l’éducation. J’avais déjà signalé les brillantes dictées d’Aurélie Collas, « La voix de son maître », et celle-ci devait s’exercer à la répétition sans faute quelque part, car ils font cette fois-ci appel à une autre experte psittaciste, Maryline Baumard, dans un article sur la « vision » de Sarkozy au sujet de l’école. Oui, une « vision », pas moins, on est dans le domaine prophétique, dans la révélation ! Déjà qu’Aurélie Collas nous avait appris que pour les enseignants, les heures sup étaient une « manne » ! Le ministère de l’éducation nationale, c’est la bible en marche ! En plus, la nouvelle préposée à l’éducation, Maryline Baumard, nous dit qu’on l’attendait, et qu’on l’a enfin, cette « vision » ! C’est vrai qu’on l’attendait… Il n’est pas président depuis 5 ans, ce type là ? En tout cas n’attendez pas plus longtemps : la vision de Sarkozy, c’est des profs moins nombreux et qui font de la garderie (ça s’appelle « s’inspirer des expériences étrangères », uniquement dans leurs aspects négatifs), une caporalisation par les chefs d’établissement (ça s’appelle « autonomie »), augmenter les salaires de profs (mon oeil ! les derniers projets de réforme de l’évaluation les bloquent !), en faire des « experts des apprentissages fondamentaux » (parce qu’actuellement ils ne savent pas enseigner les fondamentaux, les profs ? à qui on confie nos enfants !) et surtout envoyer bosser en alternance les gamins de CAP et de Bac Pro, à 16 et 17 ans donc : le triage précoce des gosses du populo, le retour du travail des enfants, Dickens, c’est ça la « vision » !

Là où Maryline Baumard atteint au génie dans son article, c’est quand elle estime que de mettre 100 000 à 200 000 gamins en entreprise, voilà une réponse au chômage des jeunes. Bravo Maryline, quel raisonnement de haut vol ! ça vaut la TVA sociale, ou la baisse de l’ISF en période de crise des finances publiques, ou le développement des heures supplémentaires en pleine hausse du chômage ! C’est vrai quoi, sortir des centaines de milliers de jeunes de l’école pour leur faire effectuer à bas coût les tâches d’autres (un peu moins) jeunes, que les entreprises n’auront plus à embaucher, ça va faire diminuer le chômage des jeunes ! En plus, tous ces élèves en moins dans les classes, ça fait autant de profs en moins, et ça aussi c’est bon pour l’emploi des jeunes, pas vrai Maryline ? Bravo ! ça déméninge au Monde ! On comprend la fascination et l’affinité intellectuelle ressenties à l’égard de ces autres génies, qui nous gouvernent actuellement !

(Pour mettre un peu les pendules à l’heure, jusqu’ici la « vision » de Sarkozy dans l’éducation ç’a été 35000 postes de prof supprimées, des statistiques — sur le nombre d’élèves par classe par exemple — désormais tenues secrètes, des profs dont le pouvoir d’achat relatif est l’un des plus bas des pays de l’ocde, un taux de scolarisation des jeunes de 16 à 18 ans en recul, un effondrement du niveau testé des élèves, chaque année, dans l’enquête internationale Pisa. La réforme en cours des programmes s’est faite sans concertation et liquide toute ambition d’enseigner des contenus solides, l’académie des sciences a averti qu’avec ces nouveaux programmes les élèves n’auront plus le niveau pour suivre des études supérieures… Bref on va dans le mur mais c’est pas grave on continue et on accélère…)

 

Pour revenir à la page d’accueil — et à la littérature — , cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables.

Poster un commentaire

Classé dans Grains de sable isolés

EN-TETE DU MOMENT : DÉTAIL D’UN TABLEAU DU PEINTRE ALEXANDRE SUZANA

Alexandre Suzana :  »

« Je suis un Homme déchu. Un atome perdu dans les limbes de la Vie en quête d’existence, de sens. Si mes médiums sont la peinture ou bien l’écriture, je ne prétends rien, car je n’y connais rien. Je laisse aux autres les satisfactions du « savoir » (ou du « croire savoir »). Je n’ai pour moi que ma sensibilité, mon extrême et douloureuse sensibilité, mes traumatismes démoniaques, mes tourments. Mon âme jouit du châtiment avec cette Putain qu’est la Vie, dans sa complexité, dans son immensité, dans sa cruauté, dans son néant.
En attendant de pouvoir vivre la Mort comme une délivrance, je tente de mourir la Vie dans l’expérience. Chaque instant est une souffrance ; chaque souffrance me fait sentir vivant dans le néant. L’Homme que je suis est un être en lambeaux aux viscères putrides, ma verve n’est que la liquéfaction d’un mal cancéreux métastasé. Je laisse le fantasme de la guérison au commun ; je n’ai même plus foi en la rémission. J’épanche les « nécrofluides » sur le lin ou sur le papier comme un témoignage.Une vie ne suffirait pas à réaliser l’étendue du tout, ni même à comprendre une infime partie. Néanmoins, l’érudition, le savoir con de mes congénères génère l’admiration, et la stupéfaction aussi par l’ignorance qu’elle cache derrière son étalage (j’épanche ici ma jalousie, ma rancœur de procrastinateur indolent). J’admire pourtant la race Humaine, je la hais ; elle me fascine de sa richesse inconsciente. Sa bêtise est à la hauteur de son intelligence. Nous nous sommes programmés à l’autodestruction, nous sommes une race hiérarchisée perverse et cannibale.Qui ou Que suis-je…
Un accident. Un acte raté. Une vulgaire erreur. Une bête infâme nourrit par l’observation, l’analyse, la constatation, l’expérimentation, l’attention, la considération, l’objection, la réflexion. Je ne suis rien, je ne suis que ce que Nous sommes, je ne suis que ce que Vous êtes. Je ne suis personne et tout le monde ; je suis semblable et différent à la fois ; Je suis ce paradoxe existentiel. Je suis un funambule sur le fil psychotique tissé de schizophrénie et autres folies. Je suis l’individu lambda parmi la masse, avec cette sensibilité accrue. Un procrastinateur soumis aux lois de l’indolence. Je suis. Je suis. Je suis. Je suis. Je suis. Je suis. Je suis. Je souffre.
Si je suis un égocentrique narcissique ? Avais-je le besoin que vous le pensiez pour que je le sache ? Non. Je pense être un synonyme d’Artiste, peut être, puisqu’en ce bas monde, en cette société, il faut mettre les gens dans des cases, étiqueter. Je hais ce mot, cependant il faut avouer qu’il est l’un des seuls qui exprime, ce que comme d’autre, « Je » est.

Amen. »


Poster un commentaire

Classé dans Fraternités, intertextualités, Grains de sable isolés

ET SI LA LITTÉRATURE NE SERVAIT QU’À FLINGUER LES MONSTRES QUI SURGISSENT SUR NOTRE CHEMIN ?

Tableau d'Alexandre Suzana

Poster un commentaire

Classé dans Chemin de vie/de pensée, Grains de sable isolés

Quatre rêves

Effet de manoir oublié. Fouillis de vêtements sur la patère derrière la porte : secouez-les de la main, et vous entendrez des cris de femmes dans les pavillons des manches… Des morts mugissent dans ces guipures… « Pater »… « Pas taire »!

Dans un hôtel à la lisière du désert, j’ai vu une femme partir dans les sables pour y brûler un oiseau vivant, qu’elle tenait par les ailes. À la nuit elle n’était pas revenue : j’ai éclairé la fenêtre, et l’oiseau attiré par la lumière a surgi derrière une vitre : un oiseau de proie qui n’avait qu’un oeil rouge, de la fixité perçante des yeux de rapaces…

« Aime moi », appellent tous ces enfants. Ils pullulent et m’entourent, tous incomplets. À l’un, je prête la moitié de mon visage, et ainsi associés par la tête, rassemblés, nous boitillons un moment ensemble… À un autre je donne ma main pour remplacer celle qu’il n’a pas, et il s’éloigne en tirant sur mon bras… Tous, tous me demandent une partie de moi…

« Seul le chiffre 8 peut savoir ce qu’est un sourire de chagrin »

(Illustrations du peintre Donatien Tanjis, ou Tanjah)

Autres Jaculations nocturnes et diurnes : cliquez
Pour revenir à la page d’accueil : cliquer n’importe où sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

2 Commentaires

Classé dans Grains de sable isolés, Jaculations nocturnes et diurnes

UNE PRESSE À LA LÈCHE : LES CAS D’ÉCOLE D’AURÉLIE COLLAS DANS LE MONDE, ET CAROLINE BRIZARD DANS LE NOUVEL OBSERVATEUR

Mise-à-jour du 15 décembre 2011 : Aurélie « la voix de son maître » Collas a encore frappé, dans un nouvel article percutant et rudement documenté, empreint des méthodes de la recherche journalistique et sociologique les plus exigeantes. Alors que les profs « grognent » (ça veut dire « résister », en langage journalistique) contre la belle réforme de l’éducation, qui va enfin transformer nos écoles en belles unités entrepreneuriales bien managées  (ça veut dire « caporalisées », en langage UMP), Aurélie Collas, elle, a enquêté dans un quartier populaire représentatif — ça s’appelle Aix-en-Provence. Là elle a trouvé un lycée où un proviseur, déjà, a mis en place des entretiens individuels et collectifs « de progrès » ! Eh oui ! et tout se passe bien ! tout le monde est heureux ! et surtout le proviseur, qui pose en costume de Fillon qu’aucun de ses profs ne pourraient se payer avec leur salaire (regardez, je vous assure, le type est vraiment déguisé en François Fillon), devant les belles arcades néo-gothique de son établissement populaire ! (Il est par ailleurs l’auteur d’un ouvrage sous-titré poétiquement « Management et Éducation » — voilà, vous avez compris…) Alors, qu’est-ce qu’ils ont à grogner ces profs, ces syndicats, encore ? On a déjà les entretiens avec le proviseur à Aix (un proviseur tout ce qu’il y a de plus représentatif, choisi au hasard, patron d’un banal lycée classé monument historique  et auteur de  « Management et Éducation ») et on est contents ! Ah mais, peut-il prendre des décisions sur la carrière des profs après s’être entretenu avec eux, le patron ? Ah ben non ? Eh bé alors, leurs entretiens à Aix, ça s’appelle juste « une réunion », non ? Quel est le rapport ? Ya pas de rapport  avec la réforme du gouvernement ? Eh bé qu’est-ce que ça fout là alors, dans Le Monde, si ce n’est pour justifier la réforme (ça veut dire « néo-libéralisation » en langage UMP) de l’éducation, par n’importe quel moyen vaseux ?

Article du 17/11/2011 :

« Cas d’école », j’ai choisi l’expression car les deux journalistes que j’ai citées ont choisi pour leur fond de commerce, justement, l’école, malgré leur évident manque d’empathie pour ceux qui la font. (Eh oui, pas de poésie ou de littérature aujourd’hui, chers lecteurs et abonnés, et j’espère que vous me pardonnerez : politique, media vendus, éducation, au menu de ma cervelle. Vous êtes avertis et libres de ne pas lire plus loin, de vous rendre sur mes « jaculations nocturnes et diurnes » par exemple. Mais, dès lors que les routes de la cité se couvrent de la lèpre infaillible de monstres : UN COLT, promesse de soleil levant !  Fini avec les pastiches de Char, j’en viens à mon Affaire Collas.)

Il s’agit d’un article d’une certaine Aurélie Collas, préposée aux chroniques sur l’éducation pour Le Monde, qui a mis pour moi le feu aux poudres : devant les récents projets gouvernementaux de soumettre définitivement les profs à l’ordre libéral, en faisant dépendre leur carrière et leurs revenus des appréciations de leurs petits chefs directs (au lieu d’inspecteurs dûment compétents dans leur matière), cette grrrrande journaliste nous apprend que : « [l’ancien] système mécontentait tout le monde »… Mais qui est tout le monde ? Pas moi ! Toi, hypocrite lecteur, mon semblable mon frère ? En 15 ans d’enseignement je n’ai en ce qui me concerne jamais entendu personne se plaindre du système d’inspections sur son principe.

L’explication de qui est « tout le monde » vient dans la suite de la phrase : « Il n’est pas fiable, il est obsolète et injuste, car il ne repose que sur une inspection en classe qui a lieu à intervalles très irréguliers – au mieux tous les trois ans, parfois huit », soutient Marcel Pochard, Conseiller d’Etat. » Donc, « tout le monde », c’est Pochard, chargé en 2008 par Sarkozy d’établir un rapport ultralibéral sur les évolutions de l’école (Michel Rocard avait démissionné de la commission pour se démarquer de ses conclusions) ! Voilà de quelle bouche, chargée de l’haleine lourde de l’UMP, Madame Collas tient ses informations, et ses opinions : ça c’est de l’enquête de terrain !

Et puis comme d’habitude, on tire argument de ce qui ne va pas dans la fonction publique, pour tout casser au lieu d’y remédier.

Madame Collas, bien qu’elle ait su tout ce qu’il lui fallait savoir de la bouche d du Conseiller d’État Pochard, daigne quand même interviewer le co-secrétaire général du Snes, syndicat qui représente, selon le dernier vote de la profession, une grande majorité des profs, et elle signale le désaccord et le scandale de ce syndicat devant la réforme prévue… Mais pour dire tout de suite que « d’autres syndicats », eux, ne seraient pas trop contre la réforme… Lesquels ? On ne saura pas quels « autres syndicats », ni combien d’adhérents, combien de votants, ils représentent ! Qu’importe, l’important du message est ailleurs : il s’agit d’affaiblir la parole syndicale en le présentant comme divisée, quitte à vaguement se référer à « un syndicat », peut-être ultra minoritaire, si jamais il existe.

Il est évident que cette réforme n’a comme seul but que de soumettre les avancements de carrière, et donc les rémunérations et futures retraites des profs, à leur docilité, et leur visibilité dans tout ce qui est péri-éducatif : comment le chef d’établissement peut-il sinon évaluer des profs de maths, de français, de techno, d’économie, etc…? Il les jugera sur tout autre chose que leur enseignement. Bref c’est achever de transformer l’école en colonie de vacances, dans le contexte aussi d’économies globales sur les salaires (avancements réservés aux copains du chef). Accessoirement (ou prioritairement), avec Marine Le Pen très haut dans les sondages, on fait de l’oeil à l’électeur du Front National en lui montrant qu’on va enfin caporaliser ces profs qui enseignent des conneries à ses enfants en philo ou en SES, voire se foutent en grève contre les nécessaires réductions de poste.

Mais le meilleur vient à la fin de l’article d’Aurélie Collas, dans un encart ou elle  rappelle quand même que les profs français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés… sauf pour, tenez vous bien, sauf pour « la manne des heures supplémentaires qu’ils se partagent » ! Oui, la manne, vous avez bien  lu : ce que nous distribue Dieu-le père-en abondance, et qu’on attend bouche ouverte sans rien faire ! Ces heures sup qu’on impose en partie aux profs, qui sont moins bien payées que les heures régulières, alourdissent les semaines en les empêchant de faire bien leur travail, ces heures distribuées pour limiter les recrutements de jeunes profs en se contentant de remplir les classes, c’est une manne ! Le choix des mots n’est pas anodin, ni leur connotation : rémunération indue, profs qui ne foutent pas grand chose, générosité biblique du ministère…

Aurélie Collas ce serait un peu « la voix de son maître » (« Plus de candidats aux concours enseignants : victoire de Chatel » claironne-t’elle à une autre occasion sur le blog éducation du Monde), c’est-à-dire de la voix néo-libérale dominante. À moins qu’elle ne soit juste servile à l’égard des pouvoirs en place.

Plus indécent fut dans le Nouvel Observateur (27/10/11) l’article de Caroline Brizard, chargée de l’éducation pour ce torchon néo-réac-bobo-chic. Il s’agissait d’une prof, Lise Bonnafous, qui s’est immolée par le feu dans son lycée de Béziers. Drame terrible, à l’occasion duquel Caroline Brizard atteint à l’ignoble, car elle semble avoir trouvé les coupables : non pas les difficultés avec les élèves, non pas les classes surchargées, non pas la petite paye ni les difficultés du quotidien. Le responsable de la mort de cette enseignante, tenez-vous bien, c’est un syndicat dominateur et oppressif ! C’est vrai ça, c’est comme les salariés de France Télécom qui se suicident : la faute des syndicats ! Et cette crise financière : la faute des peuples ! Dégueulasse.

De ces deux exemples je retire, d’une part, confirmation de ce que l’on savait déjà : à savoir que les grands media sont les nouveaux chiens de garde, serviles, de la pensée unique. Et d’autre part qu’il n’y a presque plus de travail journalistique sérieux, basé sur une enquête et une connaissance en profondeur : on interroge le gouvernement, ensuite un type qui est d’accord avec celui-ci, deux lignes pour citer un opposant, et puis ça ira on s’en tiendra aux préjugés néo-libéraux. Tout ça est peut-être rédigé par des pigistes (comme on peut se le demander, à en juger au style d’élève appliquée de Première  qu’a Aurélie Collas), eux-mêmes finalement victimes du système d’exploitation qu’ils défendent (comme ces américains pauvres qui ne veulent pas de la sécurité sociale dans leur pays). À quand Le Monde préparé en Chine à bas coût par des étudiants et envoyé en pdf à Paris ? Quant au Nouvel Obs, à le lire je soupçonne qu’il est déjà largement rédigé par un robot.

La dégradation de qualité (style des articles, originalité, information vraie, analyse réfléchie, intelligence…) des journaux français est alarmante, comme l’est celle des politiques de plus en plus ignorants et cyniques, des ingénieurs moins qualifiés qu’avant (à en juger par les difficultés de l’EPR, de Dassault, d’Airbus, de Renault qui n’arrive pas à mettre au point ses batteries et doit faire appel à Nissan)… Déclin inéluctable et inscrit dans les lois historiques ? Ou ne serait-ce pas l’école, justement, avec ses difficultés, qui serait au centre des enjeux, et qu’on devrait soutenir, à travers ses personnels, au lieu des les déconsidérer et de toujours se mettre du côté du manche avec lequel on tape sur les têtes qui échappent encore  au grand nivellement ?

Pour retourner à la page d’accueil, cliquer sur le titre du blog, La Bibliothèque des Sables

6 Commentaires

Classé dans Accablements, Grains de sable isolés